lundi 12 octobre 2015



Et si toutes les histoires commençaient par un café...
Carole Ewan.
Auto-édité.
141 pages.

RĂ©sumĂ©: 

Laissez-vous plonger dans ces 8 petites nouvelles toutes sur le thème du café. En boisson chaude, en pâtisserie, en grain, ou moulu, il est dégusté ou humé avec délice par les personnages, au fil de leurs rencontres sentimentales.

Mon avis:

Je tiens tout d'abord à remercier Carole Ewan pour m'avoir permis de découvrir un de ses livres. N'étant pas très amatrice de nouvelles en règle générale, les trouvant généralement pas assez approfondies, ce n'est pas un genre que je lis souvent.

Pourtant, de nature un brin obstinĂ©e, j'ai quand mĂŞme acceptĂ©  de renouveler une nouvelle fois l'expĂ©rience avec Et si toutes les histoires commençaient par un cafĂ©... La couverture a jouĂ© un rĂ´le important dans ma dĂ©cision, je l'avoue. Très attirante, avec ses grains de cafĂ© que le fond noir du livre fait ressortir, elle m'a immĂ©diatement plu. On a presque l'impression d'en sentir les effluves,rien qu'en la regardant.

J'ai donc lu les 8 histoires les unes Ă  la suite des autres. Le style d'Ă©criture dans ce recueil est un peu nostalgique. On se laisse porter par les personnages au fil de leurs Ă©motions, de leurs joies, de leurs peurs et parfois de leurs regrets. C'est court et facile Ă  lire, puisque chaque nouvelles ne font qu'une vingtaine de pages pour la plupart, c'est lĂ©ger et reposant. On est tout de suite plongĂ© dans l'histoire, on cerne tout de suite l'ambiance, le caractère des personnages, mais sans savoir oĂą l'auteure va nous emmener vraiment. L'intrigue, les lieux, les Ă©poques et l'âge des hĂ©ros sont variĂ©s. Et c'est cette diversitĂ© qui fait la richesse de ce livre.

En effet, les nouvelles sont toutes très diffĂ©rentes, mais toujours Ă©mouvantes, avec une petite morale ou note d'espoir. On retrouve Ă©galement souvent la prĂ©sence de la littĂ©rature, comme un clin d’Ĺ“il de l'auteure pour sa passion. Presque Ă  chaque fois quelqu'un Ă©crit ou lit: le journal, un roman de Marc Levy... et cela pour mon plus grand plaisir.

J'ai Ă©normĂ©ment apprĂ©ciĂ© la nouvelle intitulĂ©e New-York. Comme l'avait suggĂ©rĂ© Carole Ewan, j'ai Ă©coutĂ© avant de commencer Ă  la lire, les chansons: New-York, New-York de Frank Sinatra, que j'adore et Empire State of mind d'Alicia Keys et Jay-Z, que j'adore Ă©galement. Cela m'a permis, comme elle le souhaitait je pense, de me mettre dans l'ambiance de cette ville mythique et impressionnante. Etant une grande fan de la Grosse Pomme, je me suis reconnue en la personne d'Eva, qui rĂŞve comme moi, d'aller lĂ -bas au moins une fois.

Dans un genre très différent, j'ai beaucoup aimé aussi Un parfum de café que j'ai trouvé très romanesque et émouvante, puisqu'il s'agit d'une belle histoire d'amour. Je voyais presque l'image de ces amoureux qui s'embrassaient au coin d'une rue, à la nuit tombée, ça m'a fait sourire.

Quoiqu'il en soit, un fort sentiment de partage anime les personnages, qui apprennent beaucoup de leurs rencontres. Une amitié, une relation amoureuse, une entre-aide mutuelle rendues possible autour d'un café partagé.

Pour conclure:
Un petit recueil de nouvelles aux histoires diverses et variées. Agréable à découvrir une bonne tasse de café à la main.

Ma note: 16/20.

2 commentaires: