lundi 30 novembre 2015


Le voleur de Noël.
Mary Higgins Clark et Carole Higgins Clark.
Editions Albin Michel.
284 pages.

Résumé:

Packy Noonan, un escroc qui vient de passer 12 ans en prison, est sur le point d'être libéré. Ce dernier compte bien à sa sortie, récupérer son dernier larcin, des diamants qu'il a caché avant d'être emprisonné dans un sapin, dans une forêt du Vermont. Mais voilà que le dit sapin a été choisi pour être placé et illuminé au Rockfeller center de New-York. La tâche risque d'être plus compliquée que prévu, d'autant plus que Alvirah Meehan et Regan Reilly, toutes deux détectives, vont se mettre sur son chemin.

Mon avis:

Quoi de plus logique que de lire ce roman à la couverture très hivernale et festive en période de Noël. C'est la raison pour laquelle j'ai sorti ce livre de ma PAL. Toutefois j'avais quelques a priori quant à la qualité du contenu, puisque apparemment les romans que Mary Higgins Clark a coécrit avec sa fille, sont un peu moins biens que ceux qu'elle a l'habitude d'écrire seule.

Effectivement je ne peux pas dire qu'il s'agit du meilleur roman que j'ai pu lire de l'auteure, même si ça reste une lecture que j'ai apprécié malgré tout. J'ai beaucoup aimé l'intrigue en générale. Le fait de partir à la recherche d'un trésor caché par un voleur est assez palpitant, surtout quand le trésor en question risque de se retrouver sur une place publique ou encore pire, d'être découvert par n'importe qui. Après, il y a beaucoup trop de coïncidences qui font que l'histoire en elle même n'est pas très crédible. Pour vous donner quelques exemples, deux détectives vont se trouver comme par hasard exactement à l'endroit où est planté ce fameux sapin, c'est forcément ce sapin qui doit être coupé pour être transporté à New-York etc. Comme vous l'aurez compris, j'ai trouvé toutes ces petites concordances trop faciles.

En ce qui concerne les personnages, on a pas trop le temps de s'intéresser vraiment à eux, car on suit beaucoup plus les péripéties de Packy et de ses complices, que celles de d'Alvirah ou de Regan. D'autant plus, qu'il n'y a pas d'enquête à proprement parler. Même là, les indices vont être une succession de chance, de rencontres ou de trouvailles fortuites qui vont bien faire les choses et qui vont permettent aux personnages de remonter petit à petit la piste du voleur.
Pourtant, il y aurait eu moyen de mettre un peu plus en avant les talents de ces deux femmes qui ont l'air assez perspicaces.

L'ambiance a clairement relevé le niveau du roman. L'esprit de Noël est bien retranscrit dans le livre avec la forêt de sapins, le chalet, les illuminations du Rockfeller center, les chants de Noël...
On sent d'ailleurs à travers la plume de la mère et de la fille, leur volonté d'écrire une histoire chaleureuse, qui tourne autour des fêtes familiales et c'est vraiment appréciable à cette période de l'année.

Pour conclure:
Un roman que l'on apprécie je pense pour l’atmosphère qu'il dégage. Je vous conseille donc surtout de le lire durant le mois de décembre, car sorti du contexte de Noël il risque de vous décevoir peut-être un peu.

Ma note: 12/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire