mardi 10 mai 2016

Ma fille.
Jane Shemilt.
Editions Le cherche Midi.
395 pages.

Résumé:

Jenny est mĂ©decin, mariĂ©e Ă  un neurochirurgien cĂ©lĂšbre. Ensemble, ils ont Ă©levĂ© trois superbes enfants. Un soir, la plus jeune, Naomi, 15 ans, ne rentre pas Ă  la maison. Les recherches lancĂ©es Ă  travers tout le pays restent vaines. L’adolescente a disparu. La famille est brisĂ©e. Plus d’un an a passĂ© et les pires scĂ©narios envisagĂ©s – enlĂšvement, assassinat – semblent de moins en moins plausibles. L’enquĂȘte s’essouffle... Cependant, Jenny, dĂ©sespĂ©rĂ©e et obsessionnelle, n’a pas renoncĂ©. Elle continue Ă  chercher. Elle sent qu’elle ne retrouvera pas sa fille si elle ne sait pas tout de sa vie. Mais faut-il vraiment vouloir tout savoir de ceux qui nous sont le plus proche ? Car les vĂ©ritĂ©s qu’elle va dĂ©couvrir sont loin d’ĂȘtre celles auxquelles elle s’attendait.

Mon avis:

Je suis de plus en plus attirĂ©e par les parutions des Editions Le cherche midi. Je les ai dĂ©couvert avec Today we live le roman d'Emmanuelle Pirotte que j'avais adorĂ©, puis les trĂšs bonnes lectures se sont enchaĂźnĂ©es: AmĂ©lia de Kimberley Mccright, Carnaval de Roger CĂ©lestin, Six femmes de Tina Seskis ou encore Les derniers jours de Rabbit Hayes de Anna Mcpartlin. Une fois de plus je remercie SolĂšne pour l'envoi de ce roman que j'avais repĂ©rĂ© depuis un moment et qui m'avait l'air d'ĂȘtre tout aussi prenant.

Pourtant, alors mĂȘme que l'histoire semblait avoir tout pour me plaire, je n'ai pas Ă©tĂ© sĂ©duite par le choix de narration qu'a fait l'auteure. Le fait d'alterner successivement tout au long du roman le passĂ©, avant la disparition de Naomi ou quelques jours aprĂšs, et le prĂ©sent un an plus-tard m'embrouillait, car il fallait constamment essayer de comprendre ce qu'il s'Ă©tait passĂ© entre temps.J'aurais prĂ©fĂ©rĂ© un schĂ©ma plus classique, suivre les faits dans l’ordre chronologique, vivre l'enquĂȘte au jour le jour.

De plus, Ă  cĂŽtĂ© de l'intrigue principale, on suit plusieurs personnages secondaires dans l'environnement de Jenny, tels qu'une de ses petites patientes Jane, sa mĂšre qui perd la mĂ©moire, ou encore les voisins de leur maison de vacances. L'auteure sautait souvent d'un sujet Ă  un autre, je ne comprenais pas du coup oĂč elle voulait en venir, et j'avais l'impression qu'elle s'Ă©loignait du sujet principal qui nous intĂ©ressait, Ă  savoir la disparition de Naomi.

En dĂ©pit de cela, on va suivre Jenny sa mĂšre, qui va tenter de comprendre pourquoi sa fille Naomi a disparu. Le lecteur est ainsi constamment plongĂ© dans ses pensĂ©es car elle essaie de se remĂ©morer les Ă©vĂ©nements marquants dans la vie de Naomi ou certains changements auxquels elle n'aurait pas fait attention sur le moment. AccaparĂ©e par son travail qui la contraint Ă  ĂȘtre souvent absente de la maison, elle se rend peu Ă  peu compte qu'elle ne connait pas vraiment ses enfants et ne leur prĂȘte pas vraiment attention. Les mauvaises surprises vont donc s’enchaĂźner et la faire tomber de haut.

J'ai eu beaucoup de mal Ă  certains moments Ă  comprendre vraiment le personnage de Jenny. Je l'ai trouvĂ© plus d'une fois naĂŻve, aveugle mĂȘme, concernant ce qu'il se passait sous son propre toit. Comment ne pouvait-elle pas voir certaines choses qui semblaient flagrantes Ă  mes yeux? Je n'ai pas vraiment rĂ©ussi Ă  ressentir de la compassion pour elle alors que la perte de Naomi a littĂ©ralement brisĂ© sa famille. Ted et Jenny se sont Ă©loignĂ©s pour finalement se sĂ©parer, les enfants sont de moins en moins proches de leurs parents, tous leurs amis les ont laissĂ© tomber. MalgrĂ© son dĂ©sespoir et les moments difficiles qu'elle endure, notamment  lorsqu'elle s'imagine ce que sa fille est peut-ĂȘtre devenue ou ce qu'elle a peut-ĂȘtre subit, je n'arrivais pas Ă  ĂȘtre touchĂ© comme j'aurais dĂ» l’ĂȘtre. 

Quant Ă  Naomi difficile de vraiment rĂ©ussir Ă  s'attacher Ă  elle. J'ai eu l'impression de ne pas vraiment la connaĂźtre finalement, puisqu'Ă  aucun moment on est vĂ©ritablement dans sa tĂȘte, Ă  aucun moment on la suit dans sa vie quotidienne avant sa disparition, on ne sait pas ce qu'elle pense, on ne connait pas vraiment son caractĂšre, ses frĂ©quentations... Ă©tant donnĂ© qu'on ne l’aperçoit que briĂšvement au dĂ©but et qu'ensuite la plupart du temps on ne l'a voit qu'Ă  travers les yeux de sa mĂšre et des souvenirs qu'elle a d'elle. En refermant le livre je me rend compte que je n'ai toujours pas rĂ©ussi Ă  la comprendre. 

Ce flou dans lequel on est en permanence a nĂ©anmoins l' avantage de ne pas tout nous faire comprendre rapidement, on ne sait qu'Ă  la toute fin ce qui est arrivĂ© Ă  Jenny. Et je fĂ©licite Jane Shemilt pour ce suspens qu'elle garde jusqu'aux toutes derniĂšres pages. 
C'est également un roman intéressant sur le plan des relations mÚre-fille et sur le passage difficile de l'adolescence, aussi bien pour le jeune concerné que pour les parents qui ont bien du mal à faire face parfois aux périodes délicates que traverse leur enfant, quant ils en ont seulement conscience.

Pour conclure:
Ma fille est un roman sur le difficile combat d'une mĂšre pour retrouver son enfant disparu, mais qui ne m'a pas pour autant totalement convaincu. La narration est assez intrigante, les flash-back constants et les intrigues secondaires m'ont un peu perdu. J'ai eu du mal Ă  ĂȘtre touchĂ© par cette histoire, car les personnages m'ont semblĂ© Ă©trangers tout le long du roman. Jenny semble plus s’apitoyer sur son sort, culpabiliser en tant que mĂšre et ressasser ses regrets que vĂ©ritablement rechercher sa fille.  La fin m'a surprise et ne m'a pas permis de comprendre rĂ©ellement Naomi. NĂ©anmoins le suspens reste prĂ©sent jusqu'au bout, ce qui pour un thriller est quand mĂȘme un point Ă  ne pas omettre. 

Ma note: 12/20.


4 commentaires:

  1. tu es trés doué pour la chronique...ce livre m'attire

    RĂ©pondreSupprimer
  2. Bonjour, merci pour le commentaire :-) Je te conseille de le lire mĂȘme si moi je ne sais pas trop quoi en penser.

    RĂ©pondreSupprimer
  3. Coucou,
    Je l'ai justement acheté d'occasion mais en anglais car j'avais lu des critiques mitigées à son sujet, comme quoi ce n'était pas si bien que ça.
    Ton avis me donne raison d'avoir choisi l'anglais et d'occas, car je ne suis pas certaine d'apprécier ce livre à sa juste valeur.
    En tout cas, trĂšs belle chronique.
    Bises

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Merci. Oui beaucoup de choses m'ont dĂ©rangĂ© et la fin ne m'a pas convaincu. En plus les aller-retour m'ont perdu un peu, c'Ă©tait pas Ă©vident Ă  lire. Tu aimeras peut-ĂȘtre plus qui sait? Bisous

      Supprimer