mercredi 15 mars 2017

La maison aux secrets.
Catherine Robertson.
Editions Charleston.
412 pages.
En librairie depuis le 7 février 2017.

Résumé:

Depuis que le petit garçon d’April Turner a Ă©tĂ© tuĂ© par une voiture, la jeune femme ne vit plus. Cela fait cinq ans qu’elle s’est Ă©cartĂ©e de tout ce qu’elle aime, et de tous ceux qui l’aiment, et entend bien continuer son existence ainsi. Lorsqu’une lettre lui arrive de la part d’un notaire anglais, l’informant qu’elle est l’hĂ©ritière d’une propriĂ©tĂ© abandonnĂ©e en Angleterre, Empyrean, la jeune femme tente de rĂ©sister. Mais le mystère entourant cet hĂ©ritage est intrigant, et elle dĂ©cide de quitter temporairement la Nouvelle-ZĂ©lande pour le vieux continent, oĂą elle va rencontrer des habitants Ă©tonnants : Oran, musicien qui reste loyal Ă  sa femme infidèle ; Jack, qui vit dans les bois avec son chien ; et Sunny, dite Lady Day, qui approche des 90 ans mais qui est bien plus Ă©nergique que ceux qui ont la moitiĂ© de son âge. Sunny avait connu Empyrean lors de son âge d’or, et son histoire rend le passĂ© encore plus vivant. Mais April sera-t-elle prĂŞte Ă  renoncer Ă  ses principes pour, enfin, revivre Ă  nouveau ?


Mon avis:

Comment résister à une couverture et à un titre aussi intrigant ? Adorant les romans recelant des secrets de famille et multipliant les retours dans le passé, j'avais d'autant plus envie de le découvrir. Merci donc aux Editions Charleston pour l'envoi de ce titre.

Dans la maison aux secrets le rĂ©cit se divise en deux Ă©poques distincts. Ainsi, nous suivons de nos jours le personnage d'April qui vient d'apprendre qu'elle est l'hĂ©ritière de l'EmpyrĂ©e, une très belle demeure situĂ©e en Angleterre, mais nous sommes Ă©galement plongĂ©s dans les annĂ©es 1940, Ă  l'Ă©poque oĂą le château appartenant Ă  Lewis Potts Ă©tait Ă  son apogĂ©e. Pourtant, Ă  mon grand Ă©tonnement je ne suis jamais vraiment rentrĂ©e dans l'histoire. Si le prologue suscite assez bien l’intĂ©rĂŞt du lecteur en le plongeant incontestablement dans une ambiance Ă©nigmatique, puisque James Potts le fils de Lewis meurt mystĂ©rieusement en pleine forĂŞt, je trouve que par la suite le roman s’essouffle. En ce qui me concerne je me suis assez vite lassĂ©e, j'avais l'esprit qui partait souvent ailleurs pendant ma lecture et je perdais donc facilement le fil du rĂ©cit. Pourquoi ? Je ne saurais le dire prĂ©cisĂ©ment, mais j'ai trouvĂ© qu'il y avait beaucoup de longueurs comme par exemple les passages sur les descriptions de la nature...

Cependant, si je passais facilement d'une Ă©poque Ă  l'autre je prĂ©fĂ©rais nettement les passages dans le passĂ© que je trouvais assez captivant, par rapport aux passages dans le prĂ©sent qui Ă©taient Ă  mon sens bien plus fades et moins passionnants. Ces retours en arrière frĂ©quent nous permettaient d’ĂŞtre plongĂ© au cĹ“ur de l'histoire de l'EmpyrĂ©e, des personnes disparues qui y habitaient, et ainsi de comprendre aussi petit Ă  petit James. Il y avait Ă  cette Ă©poque oĂą la seconde guerre mondiale faisait rage beaucoup de personnages qui gravitaient autour de ce château, et donc beaucoup de pĂ©ripĂ©ties, ce qui rend les chapitres sur ces annĂ©es assez divertissants et intĂ©ressants. 

Par contre, je ne me suis pas forcĂ©ment beaucoup attachĂ©e Ă  April le personnage principal, qui pourtant aurait dĂ» me toucher davantage de par le drame terrible qu'elle a vĂ©cu. En effet, Ben son fils de 5 ans est dĂ©cĂ©dĂ© quelques annĂ©es plus tĂ´t. Depuis ce jour elle s'interdit de vivre, d’ĂŞtre heureuse, car elle se sent responsable de sa mort. J'ai bien Ă©videmment Ă©tĂ© touchĂ©e par l'Ă©preuve qu'elle doit surmonter, et par son rapprochement progressif avec les personnes qu'elle rencontre Ă  l'EmpyrĂ©e qui la soutiennent et qui ne cherchent pas Ă  la juger, mais j'ai trouvĂ© que son dĂ©tachement, sa façon de refuser de vivre le moindre moment de bonheur ne nous permettait pas vraiment de s'attacher Ă  elle. 

Les personnages que j'ai le plus apprĂ©ciĂ© sont en rĂ©alitĂ© les personnages secondaires comme Sunny day, que j'imaginais très pimpante, très dynamique, et qui est surtout très franche, Sir Edward dont le flegme typiquement anglais m'a beaucoup plu, ou encore Oran dont la persĂ©vĂ©rance et la tristesse qu'il cache derrière son humour m'a beaucoup touchĂ©. Que dire de James, de Lily ou encore de Rowan, les amis d'enfance de Sunny ? Ils viennent tous de milieux sociaux diffĂ©rents, ont tous des personnalitĂ©s très distincts, mais ils sont malgrĂ© tout très proches les uns des autres. J'ai Ă©tĂ© triste et nostalgique de les voir disparaĂ®tre au fur et Ă  mesure du rĂ©cit, car je m'Ă©tais beaucoup attachĂ© Ă  ce petit groupe.

Finalement sans grande surprise cette aventure qu'April voyait comme une contrainte va petit Ă  petit lui permettre de revenir Ă  la vie, et sonner comme un nouveau dĂ©part pour la jeune femme, car Ă  sa grande surprise la demeure va peu Ă  peu la charmer et lui donner ainsi envie d'en apprendre plus sur son histoire. En redonnant sa noblesse d'antan au château c'est une nouvelle April qui s’Ă©veille, plus libre, plus Ă©panouie, moins exigeante envers elle-mĂŞme et surtout Ă  mĂŞme de recevoir l'amour des autres. MalgrĂ© une fin dĂ©cevante que je n'ai pas tellement comprise, et qui ne permet pas selon moi de rĂ©pondre Ă  toutes nos interrogations, c'est cette jolie image que je garderai en mĂ©moire.

Pour conclure:
Un roman que j'ai apprécié pour le charme du lieu, l'histoire de ses anciens habitants et les similitudes que ceux-ci ont avec les personnages du présent, ainsi que pour le joli message d'espoir qu'il véhicule. Cependant, je n'ai pas réussi à m'attacher à April et la fin m'a laissé plus que perplexe.


Ma note: 13/20.

5 commentaires:

  1. C'est vrai que la fin m'a laissée un peu perplexe aussi, néanmoins j'ai été charmée par ce récit :)

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. C'est sûr, j'ai pas du tout compris qui était ce mystérieux homme des bois au final et ce qui est véritablement arrivé à James...

      Supprimer
  2. La couverture me donnait beaucoup envie aussi. Merci pour ta chronique. Finalement ça a l'air un peu ennuyant et triste.
    C'est une romance un peu plan plan?

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. Ce n'est pas une romance, même si il y a une petit histoire d'amour, c'est plutôt un roman historique car une partie du roman se déroule pendant la seconde guerre mondiale et à la fois contemporain avec des secrets de famille, et une femme à la recherche de ses ancêtres et qui souhaite retrouver le goût de vivre. Il n'est pas mauvais ou ennuyeux, car il se passe quand même pas mal de choses dans les passages se déroulant dans le passé, mais les passages au présent avec April sont assez plats je trouve. Mais ce n'est que mon avis. Peut-être vous plaira t-il plus qu'à moi. :)

      Supprimer
  3. Ce n'est pas le Charleston qui me tentait le plus depuis le début de l'année donc je pense passer mon tour sur celui-ci :) Peut-être un jour, qui sait ?

    RĂ©pondreSupprimer