mardi 13 juin 2017

Cueilleuse de thé.
Jeanne-Marie Sauvage-Avit.
Editions Charleston.
311 pages.
En librairie depuis le 7 avril 2017.

Résumé:

Au Sri Lanka, l'ancien Ceylan, Shemlaheila est cueilleuse de thĂ© dans une plantation. Depuis dix ans dĂ©jĂ , elle ploie sous les lourds sacs de feuilles de thĂ© et sous le joug des contremaĂ®tres, mais, Ă  l'aube de ses vingt ans, la jeune femme a d'autres rĂŞves. Elle est bien dĂ©cidĂ©e Ă  partir, Ă  Ă©chapper Ă  la condition de celles qui, dans les thĂ©iers et dans les maisons, sont au service des hommes. Elle ne sera pas cueilleuse de thĂ© toute sa vie, comme sa mère, comme toutes ces femmes asservies qui n'ont d'autres horizons que les interminables rangĂ©es de thĂ©iers… Du Sri Lanka Ă  Londres, Ă  la dĂ©couverte d'un pays complètement diffĂ©rent du sien, Shemla va dĂ©couvrir une autre culture, d'autres personnes et surtout d'autres envies. La cueilleuse de thĂ© qu'elle a toujours Ă©tĂ© choisira-t-elle de revenir au pays, ou de se crĂ©er une nouvelle vie ?

Mon avis:

Une des raisons pour laquelle j'aime lire c'est la possibilitĂ© qu'offre la lecture de voyager tout en restant chez soi. J'aime lorsque les auteurs rĂ©ussissent Ă  emporter mon esprit très loin, lorsque en tant que lecteur on est totalement dĂ©paysĂ©. C'est cette raison qui m'a poussĂ© Ă  dĂ©couvrir ce roman. Merci donc aux Editions Charleston pour l'envoi de ce titre.

C'est un roman fort, qui marque, parce qu'il traite d'un sujet difficile que je n'avais pour ma part jamais rencontrĂ© en littĂ©rature Ă  savoir le sort des femmes Sri Lankaises cueilleuses de thĂ©. Avant de lire ce livre je ne me doutais pas un seul instant de la vie Ă©pouvantable que pouvait avoir ces femmes. En plus d'effectuer un mĂ©tier pĂ©nible et fatigant souvent dans l'humiditĂ© et la chaleur Ă©touffante, elles sont soumises quotidiennement Ă  la mĂ©chancetĂ© et au sadisme des Kanganis, les chefs chargĂ©s de veiller au bon dĂ©roulement des travaux. J'ai Ă©tĂ© plus d'une fois choquĂ©e par la cruautĂ© de ces hommes qui considèrent les femmes comme des choses mises Ă  leur disposition, qu'ils utilisent pour leur propre plaisir. Vous l'aurez sans doute compris l'autrice y aborde le sujet du viol, des attouchements, des mariages forcĂ©s, de la soumission. Etant une femme on ne peut qu'ĂŞtre rĂ©voltĂ© par ces comportements inacceptables qui sont ignorĂ©s des touristes qui visitent les plantations mais qui sont malheureusement pourtant lĂ -bas très frĂ©quents. 

C'est dans un tel contexte que l'on fait la connaissance de Shemlaheila, une jeune travailleuse pleine d'ambitions qui rĂŞve de quitter cet enfer pour l’Angleterre afin d'y Ă©tudier pour pouvoir travailler en tant que vendeuse dans un magasin de thĂ©. J'ai Ă©normĂ©ment aimĂ© cette hĂ©roĂŻne qui est Ă  mon sens un modèle de courage, un exemple Ă  suivre. J'ai admirĂ© tout au long du roman sa force tranquille, son intelligence qui lui permettent de franchir tous les obstacles qui se dressent sur sa route. C'est une femme qui parle peu, qui est très calme, très douce, mais on comprend que ce mutisme cache en rĂ©alitĂ© une tragĂ©die. On se doute qu'elle a dĂ» subir elle-mĂŞme un drame terrible qui n'a fait que renforcer sa dĂ©termination de quitter ce pays qu'elle aime tant, mais qui ne laisse aucune possibilitĂ© d'avenir pour les femmes. J'ai Ă©tĂ© touchĂ©e Ă©galement par son ignorance, sa naĂŻvetĂ©, sa tendance Ă  idĂ©aliser la vie en Europe qui bien Ă©videmment est loin d'ĂŞtre Ă©vidente pour les Ă©migrĂ©s.

C'est donc Ă©galement le thème du dĂ©racinement et de l'adaptation Ă  un nouveau pays qui est mis en avant ici. Si j'ai Ă©tĂ© un peu sceptique face Ă  la facilitĂ© avec laquelle elle arrive Ă  partir et Ă  venir en Angleterre, mais Ă©galement sur "la chance" qu'elle a de faire Ă  chaque fois les bonnes rencontres, j'ai beaucoup aimĂ© les passages sur son acclimatation Ă  la vie europĂ©enne et les contraintes que cela implique. La barrière de la langue, les diffĂ©rences de climat, de culture, de comportements comme la façon de s'habiller, le regard des autres, les difficultĂ©s Ă  trouver du travail, l'exploitation des immigrĂ©s, la solitude... Shemlaheila se retrouve complètement perdue dans un monde qui lui est totalement Ă©tranger, elle se rend compte que la vie ici n'est pas aussi belle que ce qu'elle s'Ă©tait imaginĂ©e et que certaines choses malheureusement ne changent pas, que ce soit en Inde ou dans les pays se disant progressistes.

Pourtant malgrĂ© tout son pays reste dans son cĹ“ur et elle ne l'oublie pas totalement. J'ai tellement aimĂ© l'amour qu'elle porte au Sri-Lanka, la gĂ©nĂ©rositĂ© dont elle fait preuve Ă  la fin, son dĂ©sir d'aider ses anciennes collègues restĂ©es au pays. Je pense en effet que l’appartenance Ă  une culture reste encrĂ©e au plus profond de nous, et qu'il est difficile Ă  mon sens d'oublier totalement ses origines car ce serait renier une partie de nous-mĂŞme. 

Pour conclure:
Cueilleuse de thé est un roman assez dur sur le sort tragique des travailleuses dans les plantations sri-lankaises, mais c'est également un roman magnifique, très riche sur les ambitions et la soif de liberté de l'une d'entre elle qui va tout faire pour échapper au triste avenir qui l'attend. Si j'ai été un peu sceptique quant à certains événements un peu trop faciles à mon sens j'ai en revanche été très touchée par le courage et la détermination de cette jeune femme qui restera longtemps dans ma mémoire.

Ma note: 17/20.

1 commentaire:

  1. Cela fait un moment qu'il est dans ma PAL, depuis sa sortie en réalité, et j'ai terriblement envie de le lire. Rien que le fait qu'il ait reçu le prix du Livre Romantique me certifie qu'il sera une très belle lecture :)

    RĂ©pondreSupprimer