jeudi 14 décembre 2017

La disparue de Noël.
Rachel Abbott.
Editions Belfond.
465 pages.
En librairie depuis le 2 novembre 2017.

Résumé:

En Angleterre, de nos jours. Emma le sait, il est des passés qui ne s'oublient pas. Mariée à David, directeur de banque traumatisé par la mort de sa première épouse et l'inexplicable disparition de sa fille Natasha la veille de Noël, six ans plus tôt, la jeune femme a appris à vivre avec les drames. Mais l'arrivée d'Ollie, leur fils de dix-huit mois, semble avoir redonné le sourire à David et renforcé leur couple. La promesse de jours meilleurs semble enfin possible... Mais le monde d'Emma se fissure lorsqu'une jeune fille apparaît un jour dans sa cuisine. Natasha. Alors que David est en joie, Emma, elle, s'interroge : où était-elle toutes ces années ? Comment l'intégrer dans leur vie de famille idéale ? Et pourquoi ce sentiment que l'adolescente pourrait représenter une menace pour elle et pour son bébé ? Que cache la disparue de Noël ?

Mon avis:

J'ai constaté que parmi les parutions littéraires 2017 de la collection Le Cercle Belfond il y a eu finalement peu de thrillers. Je suis donc ravie qu'ils en aient édité un en novembre dernier car c'est un genre en générale que j'apprécie. De plus Rachel Abbott est une auteure que je n'avais encore jamais eu l'occasion de lire, j'étais donc très enthousiaste à l'idée de découvrir sa plume avec La disparue de Noël. Je remercie ainsi les Editions Belfond pour l'envoi de ce titre.

J'ai commencé ce roman un peu à l'aveugle sans avoir lu au préalable le résumé ni lu de chroniques le concernant. Cependant je suis entrée très vite dedans parce que dès le premier chapitre on sent que les personnages sont déjà soumis à une très forte tension, on pressent que tout va se jouer dès les premières pages, qu'il va se passer quelque chose mais sans que l'on sache réellement quoi. Effectivement lors d'un accident une enfant disparaît de façon inexpliquée pour ne réapparaître que subitement à son domicile six ans plus tard. Autant vous dire que suite à cela j'ai littéralement dévoré le premier tiers du roman. Les chapitres sont courts, le suspens monte crescendo, les personnages sont de plus en plus mystérieux et torturés, il est bien difficile de reposer le livre tellement on a envie de savoir ce qui est arrivé à Natasha, cette petite fille disparue à l'âge de six ans et qui semble aujourd'hui être devenue une adolescente traumatisée, terrorisée, froide, sans cÅ“ur pleine de colère et de ressentiment envers son père, et qui semble surtout sous le joug de dangereux criminels. 

C'est un personnage qui m'a complètement fasciné même si j'ai eu du mal à m'attacher à elle au début du fait de son comportement glacial. Sa façon d'être très distante, sa façon de parler qui est très dure un mélange d'ironie et de moquerie perpétuelle n'aide pas non plus vraiment à l'apprécier. Malgré tout c'est une jeune fille qui m'a touché parce qu'on ne peut qu'imaginer les horreurs qu'elle a subi et les choses qu'elle a été forcée de faire pendant ses six années de captivité, parce qu'on se rend compte également que son enfance lui a été volée, qu'elle a été arrachée à ses parents, qu'elle a vu sa mère mourir sous ses yeux, et enfin parce que l'on constate qu'elle a le sentiment que son père l'a abandonné pendant toutes ces années. Mes impressions la concernant passaient successivement de la colère à la compassion, ce qui est très intéressant et très bien joué de la part de l'auteure, car son comportement nous pousse à se méfier d'elle constamment. On ne sait pas finalement si elle est dangereuse et surtout si on peut lui faire confiance ou non, parce que l'on a l'impression qu’elle n'a plus rien d’innocent, qu'elle n'éprouve plus d'émotions, qu'elle n'est plus du tout la même.

Si le début était prometteur à mon sens et le personnage principal intéressant j'ai peu à peu décroché de ma lecture. J'ai mis plus d'une semaine à le lire et quand il s'agit d'un thriller cela n'est pas forcément bon signe dans mon cas. Je pense que ce désintérêt de ma part est dû en partie au fait de mes propres goûts littéraires et donc cet avis n’engage que moi. En effet quant il s'agit de ce genre  de lecture j'aime quand l'intrigue tourne autour de la psychologie des personnages, des relations familiales ou amicales, ou au contraire quant il s'agit de personnes séniles qui n'ont à rien à voir avec les protagonistes. Ici il est plutôt question de gangs, de trafics de drogue, de piratage informatique, de trafics d'enfants, de prostitutions, de vols à mains armées... et ce ne sont pas du tout des thèmes qui me plaisent. J'avais de plus deviné certaines révélations finales qui du coup ne m'ont pas du tout surprises. Pourtant l'intrigue est bien ficelée, les pièces du puzzle se mettent en place petit à petit, notre intérêt est suscité à chaque fin de chapitres ce qui fait que l'on a envie de lire la suite à chaque fois que l'on en termine un, mais pour ma part je n'ai pas réussi à garder cet enthousiasme jusqu'à la fin.

Si vous aimez les ambiances hivernales, le froid, les maisons isolées, les personnages sombres et peu scrupuleux, La disparue de noël saura vous plaire car il s'agit quand même d'un bon page turner. Cependant, si vous êtes amateur du genre je trouve que selon moi il ne laisse peu de place au suspens car on devine assez rapidement le dénouement. Rachel Abbott a malgré tout réussi à m'émouvoir par cette fin ouverte et à me faire changer d'avis sur certains personnages. De plus, elle nous fait réfléchir sur la notion de chantage et ce que l'on est prêt à faire pour sauver sa propre vie ou celle de son enfant, lorsque l'on est au pied du mur également, mais aussi sur notre capacité à pardonner.

Pour conclure:

Malgré un dénouement assez prévisible, Rachel Abbott nous livre un thriller palpitant dont nous tournons les pages avec avidité. Le comportement déstabilisant et incompréhensif de la victime, ainsi que l'ambiance hivernale glaçante ravira les lecteurs occasionnels du genre. 

Ma note: 13/20.

1 commentaire:

  1. J'ai été assez déçue de cette intrigue... J'avoue m'être ennuyée, perdue parmi l'enquête et même m'être demandée où voulait en venir l'auteure. C'est ma première déception du Cercle :/

    RépondreSupprimer