jeudi 10 mai 2018

Tout sur mon chien.
Alejandro Palomas.
Editions Le Cherche Midi.
343 pages.
En librairie depuis le 5 avril 2018.

Résumé:

RĂ©union de famille impromptue dans un cafĂ©. Fernando, sa mère, Amalia, ses deux sĹ“urs, Emma et Silvia. Tous espèrent un coup de tĂ©lĂ©phone qui tarde Ă  arriver. L’attente, fĂ©brile, est ponctuĂ©e de scènes savoureuses, de quiproquos et de malentendus. Les vĂ©ritĂ©s cachĂ©es ou Ă  demi dites s’Ă©grènent sans fin. Et on rit aux larmes de cette comĂ©die familiale plus profonde qu’il n’y paraĂ®t.

Mon avis:

ConseillĂ©e l'annĂ©e dernière par les Editions Le Cherche Midi j'avais dĂ©couvert Une mère le premier tome de la trilogie de Alejandro Palomas que j'avais beaucoup aimĂ©. Je remercie donc une nouvelle fois la maison d'Ă©dition de m'avoir incitĂ© Ă  dĂ©couvrir ce deuxième tome qui m'a de nouveau beaucoup touchĂ©. 

Si je n'avais pas lu et apprĂ©ciĂ© le premier roman de l'auteur je ne suis pas sĂ»re que ce livre aurait attirĂ© mon attention, car le titre et la couverture ne reflètent pas Ă  mon sens une seule seconde la profondeur et la beautĂ© de ce roman. Je me suis donc lancĂ©e dans cette lecture Ă  l'aveuglette sans vraiment savoir Ă  quoi m'attendre, comme cela a Ă©tĂ© d'ailleurs le cas pendant les cent trente première pages de ce rĂ©cit oĂą l'on ne comprend pas vraiment ce que cache le personnage principal Fer. Jusqu'au moment oĂą l'auteur nous dĂ©voile l'identitĂ© de R et ce lien si particulier qu'il entretient avec celui-ci. Ayant moi-mĂŞme un animal de compagnie je me suis tout de suite reconnue dans la relation qui les unit mĂŞme si les dĂ©buts ont Ă©tĂ© assez chaotiques. J'ai Ă©tĂ© touchĂ©e par leur histoire et par leur rencontre improbable, par leur apprivoisement mutuel, puis par l'amour qu'ils entretiennent au fur et Ă  mesure que les jours passent. J'ai Ă©tĂ© Ă©mue de leur complicitĂ©, de voir ce lien si spĂ©cial qui unit parfois l'animal Ă  son maĂ®tre, et encore plus au regard de l'histoire qui m'a mis plusieurs fois les larmes aux yeux, car lĂ  encore je n'ai pu que comprendre leur relation, et le soutien que peut ĂŞtre un fidèle compagnon. 

A cĂ´tĂ© de ce duo si touchant j'ai Ă©tĂ© ravie de retrouver la famille si singulière de Fer, sa maman si particulière qui commence Ă  perdre la tĂŞte, qui tombe de plus en plus souvent, mais qui reste malgrĂ© tout la colle, celle qui unit la famille, celle qui reste la confidente, qui sait tout, dont on n'a besoin plus que tout et ce malgrĂ© les non- dits et les secrets de famille qui vont se dĂ©voiler petit Ă  petit dans ce cafĂ© oĂą ils sont aujourd'hui rĂ©unis. Alejandro Palomas nous livre ici un roman d'une très grande justesse, d'une extrĂŞme sensibilitĂ© sur l'importance des liens familiaux, sur la vie qui s'Ă©coule, le temps qui s'Ă©graine avec la peur de voir vieillir ses proches, la peur de l’après, de rester seul, de ne plus partager des moments forts tels qu'on en a connu. A travers les sĹ“urs de Fer, Silvia et Emma c'est le deuil, le besoin d'amour et de reconnaissance qui sont mis en avant, et enfin le remord, la culpabilitĂ©, la peur de s'attacher et de souffrir que l'on touche du doigt grâce au personnage de Fer. 

Si c'est un roman qui peut parfois s’avĂ©rer triste, il est aussi Ă  mon sens porteur de joie de vivre, de moments de partage, de souvenirs bons ou mauvais, mais de souvenirs auxquels on s'attache et que l'on gardera des ĂŞtres que l'on a connu. On se surprend mĂŞme Ă  rire de la cocasserie de certaines anecdotes familiales, de situations ou rĂ©parties de la mère de famille qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui dit tout haut ce qu'elle pense, ce qui la rend justement très attachante. Bien plus qu'une histoire de chien, c'est une histoire de famille parfois en manque de repères, mais qui reste unit par l'intensitĂ© des sentiments qu'ils Ă©prouvent les uns pour les autres. 

Pour conclure:
Un roman qui mĂŞle rire et larmes, qui nous fait rĂ©flĂ©chir sur nos propres souvenirs et sur les liens qui nous unissent Ă  nos proches mais aussi Ă  nos animaux de compagnie, qui tout simplement nous fait apprĂ©cier la vie pour ce qu'elle est, mĂŞme si parfois elle n'est pas toujours facile.  

Ma note: 17/20.

1 commentaire:

  1. J'avais beaucoup aimé le premier, celui-ci m'a énormément plu également :).

    RĂ©pondreSupprimer