jeudi 9 juillet 2015


Les yeux jaunes des crocodiles.
Katherine Pancol.
Editions Albin Michel
661 pages.

Résumé :

D’un cotĂ© il y a les personnages principaux : Antoine, JosĂ©phine et leurs filles Hortense et ZoĂ©. Philippe, Iris (sĹ“ur de JosĂ©phine) et leur fils Alexandre. Et enfin Marcel et Henriette (mère de JosĂ©phine et Iris). Puis les secondaires, les amis et collègues qui ont une place tout aussi importante dans l’histoire : Shirley et son fils Gary, Mme Barthillet et son fils Max, Josiane la secrĂ©taire de Marcel et Chaval un de ses employĂ©. Tout va commencer quand JosĂ©phine, trompĂ©e par son mari au chĂ´mage, dĂ©cide de le quitter. Alors, toute sa vie va changer, mais aussi Ă©gratigner au passage celle des autres.

Mon avis :

Enfin ! J’ai envie de dire enfin, j’ai dĂ©couvert cette auteure et par la mĂŞme occasion cette saga que tout le monde connaĂ®t ou a lu. Oui je sais, j’arrive un peu après la bataille me direz-vous, mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais.

Je suis embĂŞtĂ©e car chose rare, je ne peux pas dire si j’ai aimĂ© ou non ce roman. D’un cotĂ©, j’ai envie de connaĂ®tre la suite avec la valse lente des tortues car j’ai aimĂ© suivre ces familles qui Ă©clatent petit Ă  petit littĂ©ralement en morceaux, mais d’un autre cotĂ© j’ai eu du mal Ă  me plonger dans l’histoire. Il a fallut que j’attende d’arriver Ă  la deuxième partie pour vraiment me dire, lĂ  ça devient intĂ©ressant.

J’ai eu beaucoup de mal en partie Ă  cause de l’absence de chapitres. Le roman se dĂ©coupe uniquement en parties (cinq au totale) qui sont Ă©normes du coup. Mais aussi du fait qu’il y a finalement très peu de dialogues je trouve, beaucoup de narration qui du coup donnait de la longueur Ă  la lecture et j’avais vraiment l’impression de ne pas avancer du tout. Je me suis vraiment ennuyĂ©e Ă  certains moments, comme quand JosĂ©phine raconte l’histoire du livre qu’elle Ă©crit pour sa sĹ“ur.

Après j’ai trouvĂ© l’idĂ©e intĂ©ressante, on suit tous ces personnages qui ont leurs lots de malheurs, leurs petits secrets qu’ils n’osent pas dĂ©voiler Ă  leurs proches. L’auteur les alterne sans cesse, ce qui heureusement a permis un peu de booster cette lecture, qui pour moi Ă©tait un peu difficile.

Je me suis beaucoup attachĂ©e au personnage principal de JosĂ©phine qui est la narratrice de l’histoire, on voit tout Ă  travers ses yeux. Elle exprime ses craintes, ses doutes, ses regrets et on comprend ses souffrances, de part ce qu’elle a vĂ©cu Ă©tant enfant : elle a Ă©tĂ© rejetĂ© par sa mère qui lui prĂ©fĂ©rait sa sĹ“ur. La colère de sa fille aĂ®nĂ©e qui a honte d’elle, et qui du coup est dĂ©sagrĂ©able envers elle, on a l’impression qu’elle est du cotĂ© de sa mère que quand ça l’arrange. Et son mari qui la trompe alors qu’elle s’est toujours pliĂ©e en quatre pour sa famille. On ne peut qu’ĂŞtre fière d’elle quand elle dĂ©cide de prendre sa vie en main.

Au fil de la lecture, on va voir que les rĂ´les vont ĂŞtre inversĂ©s entre JosĂ©phine et Iris. Pendant que JosĂ©phine se relève, Iris, elle va ĂŞtre de plus en plus perdue, et va devenir dĂ©pendante de sa sĹ“ur, qui ne va plus l’idolâtrer comme ça a toujours Ă©tĂ© le cas.

Il y aurait tant Ă  dire sur les personnages qui ont tous une personnalitĂ© diffĂ©rente mais qui finalement vivent un peu la mĂŞme chose, ils sont malheureux, car, soit trompĂ©s, soit parce qu’ils cachent un lourd secret (notamment JosĂ©phine qui laisse entendre qu’elle a vĂ©cu un drame Ă©tant petite, mais dont elle ne se souvient que par bribes pour l’instant).

Pour conclure:
Il y en a qu’on aime, d’autres qu’on dĂ©teste, ce que je retiens de ce premier tome c’est une belle leçon de vie oĂą on rit, oĂą on pleure, oĂą on passe de la colère Ă  la joie mais finalement oĂą on se relève et oĂą on apprend de ses erreurs. VoilĂ  ce roman c’est tout ça Ă  la fois.

Ma note 13/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire