samedi 31 octobre 2015



Le mec de la tombe d'à côté.
Katarina Mazetti.
Editions Actes Sud.
254 pages.

Résumé:

Désirée, bibliothécaire, se retrouve veuve à 34 ans depuis que son mari s'est fait renverser par un camion. Tous les jours ou presque, elle se rend sur sa tombe pour se morfondre et rêver à sa vie d'avant.
Benny, lui, cĂ©libataire endurci de 35 ans, a perdu ses parents. Il doit s'occuper seul de la ferme qu'ils lui ont laissĂ©, avec ses 24 vaches laitières. Tous les jours ou presque,  il se rend au cimetière pour fleurir leur tombe.RĂ©gulièrement donc, ils se voient mais s'ignorent.
Pourtant, un jour, un sourire est échangé entre eux, qui les éblouit, comme un coup de foudre. C'est le début d'une passion dévorante, mais compliquée, entre deux êtres que tout oppose.

Mon avis:

J'ai achetĂ© ce livre en juin, sur un coup de tĂŞte. Le rĂ©sumĂ© ne me plaisait pas particulièrement, mais la couverture m'attirait tout simplement.  Et puis, beaucoup de blogueurs en avaient parlĂ©, plus ou moins en bien. J'ai donc dĂ©cidĂ© de m'en faire ma propre opinion.

Je ressors de ma lecture un peu mitigĂ©e. Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimĂ©, mais ce n'est pas une lecture qui m'a transportĂ©. On va suivre deux personnages complètement diffĂ©rents, aussi bien dans leur façon d'ĂŞtre, que dans leur façon de vivre. DĂ©sirĂ©e est une jeune femme citadine, cultivĂ©e et qui adore lire. Elle vie sainement, tout est propre et bien rangĂ© chez elle. Benny lui, est un paysan, un peu rustre, casanier, il ne sort pas beaucoup car son travail lui prend tout son temps. Il n'a donc pas le temps de cuisiner, ni de faire le mĂ©nage dans cette grande ferme qu'il a du mal Ă  entretenir et dans laquelle il se sent souvent seul. N'ayant pas fait d'Ă©tudes, il ne s'intĂ©resse pas Ă  la culture ou Ă  ce qui se passe dans le monde. On est donc très Ă©tonnĂ© quand ces deux lĂ , sur un quiproquo, tombent amoureux l'un de l'autre. Après de longs jours sans qu'il ne se passe rien, Benny a le courage de l’appeler pour l'inviter Ă  sortir. Une passion timide et maladroite va naĂ®tre entre eux. Mais leur façon de voir la relation de couple et  leurs univers très diffĂ©rents vont ĂŞtre compliquĂ©s Ă  gĂ©rer. Chacun refusant de faire des compromis pour s'adapter Ă  l'autre. Benny recherche une femme comme sa mère, prĂŞte Ă  rester Ă  la maison pour s'occuper de la ferme et des enfants. DĂ©sirĂ©e, elle veut voyager, continuer son mĂ©tier de bibliothĂ©caire qu'elle aime tant, rester en ville et se faire livrer des plats prĂ©parĂ©s,  elle qui ne sait mĂŞme pas faire des boulettes de viande.

J'ai aimĂ© l'idĂ©e de lire une romance qui sort un peu des schĂ©mas habituels. Ce n'est pas le coup de foudre dès le premier regard entre eux, au contraire, ils se regardent discrètement en se moquant rĂ©ciproquement de l'un et l'autre. Benny qui n'a rien du prince charmant, ne cherche pas Ă  camoufler ses dĂ©fauts pour plaire Ă  DĂ©sirĂ©e. Elle doit le prendre comme il est. Sa maison d'ailleurs est une vraie porcherie quand elle y entre pour la première fois. C'est ce qui m'a plu dans ce roman et ce qui fait sa force quelque part. Mise Ă  part cela, l'histoire est assez plate, il ne se passe pas grand chose. Tout tourne autour de la difficultĂ© qu'ils ont Ă  vivre cĂ´te Ă  cĂ´te. MĂŞme si ils voudraient que leur histoire fonctionne, ils se heurtent sans arrĂŞt Ă  un problème, que se soit au niveau du travail, de l'endroit oĂą vivre, des vacances... On se sent un peu dĂ©couragĂ© pour eux, mĂŞme si on espère qu'ils vont rĂ©ussir Ă  passer outre ce choc des cultures. Le schĂ©ma narratif est intĂ©ressant, puisqu'on alterne un chapitre du point de vue de DĂ©sirĂ©e, puis un autre du point de vue de Benny. On revit un peu les scènes deux fois, en voyant comment ils ont chacun vĂ©cu leurs Ă©changes, ce qui Ă©tait assez drĂ´le, car ils avaient des avis souvent diffĂ©rents.

Quelques petites choses toutefois m'ont un peu dérangé je dirais, c'est la saleté dans laquelle vit Benny au début du roman , c'est un peu répugnant et son langage familier , presque grossier, notamment les quelques allusions au sexe assez crues. Je sais bien qu'il est simple et un peu brute de décoffrage comme on dit, mais quand même ce n'est pas une raison. Tous les paysans ne vivent pas dans la crasse et n'ont pas un langage de charretier. Bonjour l'image.

Pour conclure:
Une lecture agrĂ©able mais sans plus. J'ai beaucoup aimĂ© cette histoire d'amour qui sort de l’ordinaire et qui se termine de façon assez surprenante. Je suis donc assez curieuse de retrouver Benny et DĂ©sirĂ©e dans la suite: le caveau de famille.

Ma note: 12/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire