lundi 2 novembre 2015


Le caveau de famille.
Katarina Mazetti.
Editions Actes Sud.
260 pages.

Résumé:

Benny et DĂ©sirĂ©e que l'on a rencontrĂ© dans Le mec de la tombe d'Ă  cĂ´tĂ© forment un couple dĂ©cadent et improbable. Lui, est un paysan un peu bourru, qui vit simplement et qui recherche une femme campagnarde comme lui, pour l'aider Ă  la ferme. Elle, c'est une citadine qui adore les livres et qui mange bio. Leur relation Ă©tait vouĂ©e Ă  l'Ă©chec, mais très Ă©pris l'un de l'autre, ils dĂ©cident de se donner une dernière chance en essayant de concevoir un enfant. Si au bout de trois essais, cela n'a pas fonctionnĂ©, ils se sĂ©pareront, sinon...

Mon avis:

Je n'ai pas été vraiment éblouit par ma lecture du Mec de la tombe d'à côté, mais je dois dire que la fin surprenante de ce premier volet a éveillé ma curiosité. C'est donc avec enthousiasme que je me suis plongée dans Le caveau de famille.

Et quel bonheur! J'ai nettement prĂ©fĂ©rĂ© celui-ci. Bien qu'il soit plus sombre, plus triste, j'avais envie de savoir Ă  chaque fin de chapitres la suite et je n'ai pas vu au final les pages dĂ©filer. On retrouve donc notre couple mal assorti qui tente de concevoir un enfant pour sauver en quelque sorte leur histoire d'amour, qui n'est pas vraiment au beau fixe tellement les milieux dans lesquels ils Ă©voluent sont diffĂ©rents. Ce choc des cultures est difficile Ă  gĂ©rer au quotidien. Pourtant, DĂ©sirĂ©e aime profondĂ©ment Benny et n'est pas prĂŞte Ă  tirer un trait sur leur idylle. Elle lui lance donc un ultimatum: il a trois essais pour lui faire un bĂ©bĂ©, elle qui rĂŞve de devenir maman. Si elle ne tombe pas enceinte, ils se sĂ©pareront, sinon ils y rĂ©flĂ©chiront. Et je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la dĂ©couverte.

L'auteure nous fait rĂ©flĂ©chir sur les difficultĂ©s de la vie en gĂ©nĂ©rale. Dans ce roman, Benny a du mal Ă  joindre les deux bouts, sa ferme Ă©tant de moins en moins rentable. Il travaille d'arrache pied pour tenter de se sortir la tĂŞte de l'eau, ce qui le rend souvent agressif, moins comprĂ©hensif et moins vigilent, toute son attention Ă©tant accaparĂ©e par son travail. Je ne l'ai pas trop reconnu et j'Ă©tais plus du cĂ´tĂ© de DĂ©sirĂ©e que j'ai trouvĂ© plus forte, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et plus conciliante.

C'est très difficile de vous parler de l'ambiance de ce roman sans trop vous en dire, mais sachez qu'il m'a beaucoup Ă©mu, presque aux larmes, car il se passe un Ă©vĂ©nement tragique vers la page 190 qui vous prend aux tripes. Il sonne comme un vĂ©ritable signal d'alarme, qui nous fait prendre conscience que l'on vit comme des fous et que ce qui est le plus important reste la famille. MĂŞme si on a du mal Ă  s'en sortir, que la vie nous semble morose, il faut s'accrocher malgrĂ© tout,  car Ă  un moment de toute façon, on voit le bout du tunnel.

Le seul regret que j'ai pu avoir, c'est d'avoir terminé trop rapidement ce livre. J'aurais aimé voir comment chacun aller s'en sortir.

Pour conclure:
MĂŞme si vous n'avez pas Ă©tĂ© emballĂ© par le premier livre, cette suite vaut largement le coup d’Ĺ“il. Je vous la conseille, c'est une très belle leçon de vie.

Ma note: 17/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire