mardi 18 octobre 2016

Les divins secrets des petites ya-ya.
Rebecca Wells.
Editions Charleston.
538 pages.

Résumé:

"Une danseuse de claquettes maltraite ses enfants..." Quand Vivi Walker lit dans le "Sunday New York Times" le portrait que brosse d'elle sa fille Siddy, metteur en scène Ă  succès, elle la renie sur le champ. Afin d'aider Ă  renouer le dialogue entre la mère et la fille, les amies intimes de Vivi finissent par la persuader d'envoyer Ă  Siddy son album souvenir : "Les divins secrets des petites ya-ya". Siddy va alors plonger dans l'univers des ya-ya, du nom cajun que les quatre amies se sont donnĂ© lors de leur folle jeunesse en Louisiane. Elle dĂ©couvre un petit groupe Ă  part, soudĂ© par une amitiĂ© que rien n'a jamais pu affaiblir. A travers ces souvenirs fragmentĂ©s, Siddy dĂ©couvre ainsi une image inattendue de l'exubĂ©rante Vivi, une femme meurtrie que seul le soutien indĂ©fectible de ses amies a pu maintenir debout.

Mon avis:

Comment ne pas succomber encore une fois au charme des couvertures des livres des Editions Charleston? Vintage, fraĂ®che, colorĂ©e, respirant le bonheur, celle des divins secrets des petites ya-ya m'a immĂ©diatement tapĂ© dans l’Ĺ“il, et je remercie beaucoup la maison d’Ă©dition pour me l'avoir très gentiment envoyĂ©. 

Pourtant, malgrĂ© une couverture attrayante, le sujet du roman reste nĂ©anmoins très sombre, puisque l'on va suivre Siddy, une quadragĂ©naire cĂ©libataire et sans enfants, qui a bien du mal Ă  s'investir et Ă  s'engager sentimentalement. Pour "guĂ©rir" de ce mal ĂŞtre qui l'empĂŞche de vivre sa vie normalement, elle va chercher Ă  en apprendre plus sur sa mère Vivi, qu'elle considère comme la clĂ© de tous ses problèmes affectifs. Sa capacitĂ© Ă  remettre en question l'attitude de Vivi, alors qu'elle a toujours eu des relations tendues avec elle m'a vraiment Ă©patĂ©. J'ai trouvĂ© très admirable que par amour pour sa mère, Siddy cherche Ă  comprendre le comportement qu' elle a eu vis Ă  vis de ses enfants, mĂŞme si elle le dit elle-mĂŞme elle ne lui a jamais pardonnĂ©. J'ai adorĂ© plonger avec elle dans cette malle aux trĂ©sors qui renferme tous les souvenirs de jeunesse de sa mère et notamment son journal Les divins secrets des petites ya-ya. Le seul petit problème que j'ai rencontrĂ© est que je perdais parfois le fil du rĂ©cit. Les souvenirs sont Ă©grainĂ©s Ă  mon sens de façon assez brouillon, l'auteure alterne les flash-back de plusieurs personnages et les moments dans le prĂ©sent de Siddy, Vivi, ou les amies de cette dernière, ce qui est assez dĂ©stabilisant. 

Toutefois, j'ai adorĂ© les personnages de ce roman que j'ai trouvĂ© attachants, notamment les deux personnages principaux qui sont bien Ă©videmment Siddy et sa mère Vivi. Comment ne pas ĂŞtre touchĂ© par Siddy, qui a Ă©tĂ© privĂ©e d'amour maternel, alors mĂŞme qu'elle Ă©tait une enfant somme toute agrĂ©able? MĂŞme si Ă  aucuns moments on assiste en temps rĂ©el Ă  ce que sa mère lui a fait subir, j'ai ressenti beaucoup d'empathie pour elle. Mes sentiments vis Ă  vis de Vivi ont Ă©tĂ© quelque peu diffĂ©rents, mĂŞme si ils ont beaucoup Ă©voluĂ© au cours de ma lecture. Je l'ai tout d'abord bien-sĂ»r dĂ©testĂ©. Qui n'Ă©prouverait pas de ressentiment envers une personne violente, surtout vis Ă  vis de ses propres enfants? Puis, peu Ă  peu la colère et le mĂ©pris que je ressentais envers elle sont devenus de moins en moins forts. Au fur et Ă  mesure que dĂ©filent les Ă©vĂ©nements de son passĂ©, on comprend ce qui l'a poussĂ© Ă  devenir petit Ă  petit exigeante, froide, et sans cĹ“ur. Bien-sĂ»r cela ne justifie pas tout, mais on s'aperçoit que sa vie n'a pas Ă©tĂ© facile, qu'elle a beaucoup souffert, et j'ai Ă©tĂ© tout aussi Ă©mue de dĂ©couvrir sa propre histoire. On rentre vraiment dans la psychologie des personnages, l'auteure dĂ©cortique leurs pensĂ©es, leurs Ă©motions pour que le lecteur puisse comprendre ce qui a pu les pousser Ă  avoir de telles pensĂ©es, de tels comportements, ou Ă  commettre des actes si violents, et j'ai trouvĂ© cela très intĂ©ressant.

L'ambiance de ce roman est particulière. Chaleureuse grâce aux moments passĂ©s avec Vivi et ses copines qui forment le club des ya-ya. Insouciantes, dĂ©lurĂ©es, drĂ´les, j'ai adorĂ© partager avec elles les bons moments de leur jeunesse, assister Ă  leurs bĂŞtises d'enfant puis d'adolescente, voir leur complicitĂ©, leur attachement mutuelle. Sombre aussi, Ă  cause des thèmes plus difficiles que le roman comporte, comme la sĂ©grĂ©gation raciale, la seconde guerre mondiale, les pensionnats religieux très stricts, le suicide, la dĂ©pression... qui malheureusement ont aussi fait partie de la vie de Vivi et de ses amies, et pendant lesquels elles se sont toujours soutenues les unes les autres, mĂŞme si Ă  mon sens ils sont trop peu dĂ©veloppĂ©s.

Pour conclure:
Un roman quelque peu dĂ©stabilisant au dĂ©but par la multitude de flash-back et de points de vues de personnages diffĂ©rents, brut et tendre Ă  la fois, sur la recherche de soi, sur l’absence de liens maternels, sur la force des liens amicaux, sur les rĂ©percutions que peuvent avoir Ă  l'âge adulte les blessures d'enfance, sur la remise en question de soi, sur le pardon. Tout ceci avec comme toile de fond quelque uns des grands bouleversements qu'a connu la première moitiĂ© du XXème siècle ainsi que des drames familiales. Un roman enrichissant malgrĂ© des thèmes difficiles, un peu Ă  l'image de La couleur des sentiments de Kathryn Stockett ou encore des SuprĂŞmes de Edward Kelsey Moore.


Ma note: 14/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire