lundi 27 février 2017

Les larmes de la liberté.
Kathleen Grissom.
Editions Charleston.
443 pages.
En librairie depuis le 7 février 2017.

Résumé:

Philadelphie, 1830. Pour sauver un jeune garçon victime de marchands d’esclaves, James, va devoir affronter les secrets de son passĂ©. Orfèvre respectĂ© de la bonne sociĂ©tĂ© de Philadelphie, James devient l’amant de Caroline, jeune femme malheureuse dans son mariage. Quand celle-ci tombe enceinte, James est rattrapĂ© par son passĂ©. Mais avant d’avoir pu avouer ses origines Ă  Caroline, il est appelĂ© au secours par Henry, un ancien esclave qui lui a autrefois sauvĂ© la vie. Son fils Pan a disparu. Tout porte Ă  croire qu’il a Ă©tĂ© enlevĂ© et vendu.  Pour retrouver Pan, James doit retourner sur les lieux de son enfance, la colline aux esclaves…

Mon avis:

Ayant eu un coup de cĹ“ur pour La colline aux esclaves il y a deux ans, il Ă©tait Ă©vident que je serais au rendez-vous pour la suite de cette magnifique histoire. Je remercie donc les Editions Charleston pour l'envoi de ce titre.

J'Ă©tais impatiente de commencer Les larmes de la libertĂ©, mais en mĂŞme temps j'avais un peu peur d'avoir oubliĂ© certains Ă©lĂ©ments nĂ©cessaires Ă  la bonne comprĂ©hension de ce roman. Cependant l'auteure nous remĂ©more au fil des pages les grandes lignes de La colline aux esclaves, si bien qu'il est assez facile de se souvenir du lien qui unit les personnages, et des Ă©preuves qu'ils ont traversĂ©, mĂŞme si Ă©videmment certaines pĂ©ripĂ©ties restaient un peu floues dans ma mĂ©moire. Ici, c'est James le fils de Belle et de Marshall qui est le personnage central. Fils d'un homme blanc, mais d'une mère mulâtre, il a bien des difficultĂ©s Ă  s'accepter Ă  une Ă©poque oĂą les noirs sont mĂ©prisĂ©s et soumis Ă  l’esclavage. Heureusement sa peau claire lui permet de camoufler ses origines, et de vivre aujourd'hui comme un blanc. 

Pour autant c'est un homme bon qui n'en a pas moins oublié ses racines, et qui n'hésite pas longtemps à mettre tout en oeuvre pour secourir le fils d'un ami noir qui a été enlevé pour être vendu comme esclave. J'ai adoré le personnage de James même si les décisions qu'il prend peuvent parfois être incomprises et perçues comme ingrates et égoïstes. En effet, quelques années plus tôt il a dû faire un choix qui l'a poussé à renier ses origines de couleur pour pouvoir vivre libre et convenablement. Mais selon moi il ne faut pas oublier le contexte dans lequel il a grandit, et l'époque impitoyable dans laquelle vivent les noirs à cette époque. Ainsi, je n'ai pu que comprendre ses doutes, ses peurs et même les erreurs qu'il commet tout au long du roman. Malgré tout il va prendre des risques pour sauver la peau du jeune Pam, et celle de nombreux autres esclaves, ce qui montre bien dans un sens ses remords et son incapacité à oublier totalement son passé.

Cependant, je dois admettre que la première partie du roman m'a moins plu car elle tourne surtout autour de la nouvelle vie de James Ă  Philadelphie, et comment il a fait pour en arriver lĂ . Pendant environ cent trente pages l'auteure accentue plus le rĂ©cit sur son dĂ©sir de se faire accepter par la bonne sociĂ©tĂ© en se faisant passer pour ce qu'il n'est pas rĂ©ellement, plutĂ´t que sur le sujet qui m'intĂ©ressait vraiment, Ă  savoir la condition des noirs, et la disparition du jeune Pam. Heureusement Kathleen Grissom revient ensuite au sujet principal du livre, et Ă  partir de lĂ  j'ai presque lu le roman d'une traite, car les pĂ©ripĂ©ties s’enchaĂ®nent et la tension est Ă  son maximum. James part Ă  la recherche de Pam alors qu'il est en grand danger, car il est lui-mĂŞme recherchĂ© pour des raisons que vous comprendrez si vous lisez le roman. Nous sommes alors plongĂ©s au cĹ“ur de la souffrance, en Ă©tant tĂ©moins des actes de barbarie qui Ă©taient infligĂ©s Ă  ces hommes, ces femmes et ces enfants, que les blancs considĂ©raient comme des animaux et, parfois Ă  tort, comme des illettrĂ©s.

Certains passages sont ainsi assez difficiles car l'auteure ne nous Ă©pargne pas les traitements abominables que subissaient malheureusement les esclaves Ă  cette Ă©poque Ă  cause de leur couleur de peau. Un vĂ©ritable trafic d'ĂŞtres humains qui Ă©taient enlevĂ©s, maltraitĂ©s, pour ĂŞtre ensuite vendus, afin de les exploiter et les condamner aux travaux forcĂ©s toute leur vie pour servir les hommes blancs, sans possibilitĂ© d'avenir. J'ai Ă©tĂ© horrifiĂ©e par tant de cruautĂ©, par toutes ces morts inadmissibles, mais aussi Ă©mue de constater l'entre-aide et les organisations de fuites clandestines misent en oeuvre par les esclaves pour essayer d'Ă©chapper Ă  leur misère, dont James va d'ailleurs faire partie. Tout au long de son pĂ©riple il va rencontrer des personnes formidables dont le courage et la volontĂ© imposent le respect, je pense notamment Ă  Sukey un autre personnage marquant de La colline aux esclaves, que j'ai eu plaisir Ă  retrouver ici, et c'est en cela Ă  mon sens que rĂ©side toute la beautĂ© et la force de ce roman.

Pour conclure:
Un roman très fort sur l’esclavagisme au XIXème siècle, portĂ© par un homme en proie Ă  un vĂ©ritable dilemme, celui de renier ses origines pour vivre libre, ou renoncer Ă  son confort de vie afin d'aider un jeune noir. MĂŞme si j'ai un peu moins aimĂ© la première partie du roman, j'ai Ă©tĂ© ravie de retrouver les personnages de La colline aux esclaves que j'avais tant aimĂ©. Un très beau livre sur une pĂ©riode sombre de l’histoire des Etats-Unis Ă  avoir incontestablement selon moi dans sa bibliothèque.

Ma note: 18/20.

3 commentaires:

  1. J'ai lu La Colline aux Esclaves il y'a peu et j'ai beaucoup aimé. Comme bien d'autres lectrices. :) Du coup, j'ai très envie de lire Les Larmes de la Liberté et je me demande si je vais pouvoir attendre qu'il sorte en poche, tant ma curiosité est grande ! ! ^^

    RĂ©pondreSupprimer
  2. J'avais tellement aimé La Colline aux esclaves que je sais que je peux me replonger dans la suite les yeux fermés. Mais en lisant les chroniques, j'ai l'impression qu'il est quand même légèrement en dessous du premier.
    Toujours est-il que j'ai hâte de me plonger dans l'histoire de James !

    RĂ©pondreSupprimer