jeudi 23 février 2017

Rouge Eden.
Pierre J.B Benichou.
Editions Belfond.
407 pages.
En librairie depuis le 2 février 2017.

Résumé:

3 janvier 1991. Quartier de haute sĂ©curitĂ© d'un pĂ©nitencier de Floride. CondamnĂ© Ă  la peine capitale, Will Birdy a passĂ© quinze ans de sa vie en prison. Coupable de plus de cent crimes atroces contre des jeunes femmes, le tueur n'a plus qu'une peur : que l'enfer soit sa prochaine destination. Il lui reste une nuit en compagnie d'un prĂŞtre pour exorciser les forces qui le dominent, expier, et comprendre qui il Ă©tait vraiment. Ă€ l'aube, Ă  moins d'une grâce de dernière minute, il sera exĂ©cutĂ© sur la chaise Ă©lectrique. Des annĂ©es plus tĂ´t, Ă  des milliers de kilomètres de lĂ , un physicien soviĂ©tique est condamnĂ© par erreur, humiliĂ©, torturĂ© et envoyĂ© au goulag dans les pires conditions, sans savoir ce qu'il est advenu de sa famille. Ă€ bord du train qui l'entraĂ®ne dans les tĂ©nèbres de l'injustice et de l'oubli, cet expert en physique quantique, respectĂ© par les plus grands scientifiques de son Ă©poque, s'ouvre Ă  d'Ă©tranges secrets grâce Ă  sa rencontre avec un vieux kabbaliste sur le point de rendre son dernier souffle. Deux destins que rien ne semble lier, se croisent Ă  contre courant dans les couloirs du temps... L'un victime et l'autre bourreau, ils finiront par entrevoir que l'enfer est sur terre et que chacun est son propre dĂ©mon.

Mon avis:

Je ne connaissais pas du tout J.B Benichou, mais la couverture de Rouge Eden, qui a je trouve quelque chose de mystĂ©rieux presque angoissant, m'attirait beaucoup. Je remercie donc les Editions Belfond pour l'envoi de ce titre.

Il faut parfois suivre son instinct et dans ce cas prĂ©cis je ne le regrette pas du tout. C'est un roman dont je n'entends pas beaucoup parler malheureusement, que ce soit sur les rĂ©seaux sociaux ou sur les blogs, Ă  mon grand regret d'ailleurs car il est très bon. J'apprĂ©hendais au tout dĂ©but le cĂ´tĂ© scientifique et thĂ©ologique, et j'avoue que certaines rĂ©flexions m'ont Ă©chappĂ©es, mais en rĂ©alitĂ© il y a très peu de passages traitant de ces thèmes-lĂ . Tout le roman se divise en deux intrigues complètement diffĂ©rentes, celle tout d'abord d'un tueur en sĂ©rie emprisonnĂ© du nom de Will Birdy, qui vit sa dernière journĂ©e sur Terre avant de mourir sur la chaise Ă©lectrique. On va le suivre durant les quelques heures qui lui restent Ă  vivre pendant lesquelles il se confie Ă  un prĂŞtre venu lui administrer les derniers sacrements. On suit Ă©galement des annĂ©es plus tĂ´t Timofey BogaĂŻevski un physicien soviĂ©tique qui lui est arrĂŞtĂ© par erreur et est envoyĂ© dans un goulag en SibĂ©rie. 

J'ai Ă©tĂ© fascinĂ©e par les rĂ©cits de ces deux hommes que j'ai trouvĂ© tout simplement passionnants. Le personnage de Will Birdy nous permet de rentrer dans la tĂŞte d'un meurtrier. On entrevoit ce qui peut pousser un homme Ă  devenir un assassin, pourquoi il commet un jour de tels actes. Le cas de Timofey montre l'horreur du rĂ©gime soviĂ©tique de LĂ©nine qui n'est pas sans nous rappeler celui d'Hitler en Allemagne quelques annĂ©es plus-tard. A priori rien ne semble relier ces deux histoires qui se passent Ă  des Ă©poques diffĂ©rentes, on a presque l'impression de lire deux romans totalement diffĂ©rents, et c'est ce qui peut perturber le lecteur, le manque de liens entre ces deux rĂ©cits. Effectivement, jusqu'Ă  la fin on ne comprend pas oĂą l'auteur veut en venir mĂŞme si Will et Timofey bien que très diffĂ©rents semblent ressentir des Ă©motions quelque part similaires car ils vivent tous les deux un vĂ©ritable enfer. Jusqu’Ă  ce qu'enfin Ă  la toute dernière page du livre tout s'Ă©claire. Pour ma part c'est une conclusion Ă  laquelle je ne m'attendais pas, je n'avais pas envisagĂ© cette fin-lĂ , et j'ai Ă©tĂ© ainsi agrĂ©ablement surprise.

Certains passages de ce roman sont très durs, donc je le conseillerais plutĂ´t aux gens qui n'ont pas peur du sanglant et des scènes de tortures. Will revient assez facilement sur les meurtres qu'il a commis durant sa misĂ©rable vie, dont il ne semble d'ailleurs pas Ă©prouver beaucoup de remords. C'est un personnage abominable, mais c'est aussi un ĂŞtre torturĂ©, Ă  la psychologie assez complexe. On voit qu'il souffre d'un problème mental sans doute de schizophrĂ©nie, du fait certainement de son enfance compliquĂ©e, mais en mĂŞme temps c'est quelqu'un d’extrĂŞmement intelligent, qui arrive Ă  s'analyser lui-mĂŞme, et en ce sens les passages le concernant sont vraiment intĂ©ressants.  Timophey lui est un homme lambda, mariĂ© et père de famille, physicien respectĂ©, mais qui a le malheur d'ĂŞtre victime d'une incroyable mĂ©prise. Il est considĂ©rĂ© Ă  tort comme un criminel et va connaĂ®tre Ă  partir de cet instant les pires souffrances, la sĂ©paration d'avec sa famille, la torture, la faim, la soif, le froid... Des conditions de vie inhumaines qui sont tout simplement abominables. 

J'ai aimĂ© que Pierre J.B Benichou s’intĂ©resse Ă  cette partie de l'Histoire dont on ne parle pas assez je trouve. Les goulags en SibĂ©rie ressemblent ni plus ni moins Ă  ce que seront les camps de concentration en Allemagne nazie des annĂ©es plus-tard. J'ai dĂ©couvert l'affaire Nazino que l'auteur reprend dans son roman, puisque Timophey va y ĂŞtre envoyĂ© par la suite. Une Ă®le oĂą l'on a dĂ©portĂ© plus de 6000 prisonniers dont on ne savait plus quoi faire, sans abris et sans vĂŞtements, dans un froid polaire insupportable, sans nourriture Ă©galement mise Ă  part de la farine qui les pousse vite au cannibalisme. Je n'avais jamais entendu parler de cet endroit, et en ce sens ce livre m'a apportĂ© des connaissances nouvelles. Il m'a permis de rĂ©flĂ©chir sur le mal, la noirceur, dont peut ĂŞtre dotĂ©e la nature humaine, et sur toute la cruautĂ© dont elle peut faire preuve, ce que certains hommes peuvent infliger Ă  d'autres au nom d'un rĂ©gime totalitaire.

Pour conclure:
Un roman sombre, très dur qui peut surprendre et dĂ©stabiliser en raison des deux intrigues complètement diffĂ©rentes qu'il renferme, mais qui m'a permis d'en apprendre plus sur le rĂ©gime bolchevique de l'Union soviĂ©tique, sur les goulags et surtout sur l'affaire Nazino qui est tout simplement inimaginable. Un très bon roman que je vous conseille si vous aimez les romans historiques, et si vous ne craignez pas les passages difficiles d'actes de barbarie. A lire !

Ma note: 17/20.

2 commentaires:

  1. RĂ©ponses
    1. Oui, je ne pensais pas l'aimer autant. J'ai été surprise de tout ce que contient ce livre, car je ne m'attendais pas à cela!

      Supprimer