jeudi 23 mars 2017

Les étés sur la côte, tome 1: Les filles de l'été.
Mary Alice Monroe.
Editions Charleston.
496 pages.

Résumé:

SituĂ©e en plein coeur d’un boisĂ© de chĂŞnes et de palmiers nains surplombant la mer, la villa historique de Sea Breeze est la demeure ancestrale de Marietta Muir. Jadis, ses petites-filles adoraient venir y passer leurs vacances, mais voilĂ  des annĂ©es qu’elles ne lui ont pas rendu visite. Et Mamaw craint qu’une fois qu’elle aura quittĂ© ce monde, les liens familiaux ne s’effritent. La famille Muir est l’une des plus anciennes familles de Charleston, et le sang de leur ancĂŞtre, un capitaine pirate, coule dans les veines des trois petites-filles. Alors, Marietta dĂ©cide de jeter comme une bouteille Ă  la mer une subtile promesse de butin (des colliers de perles, des meubles anciens Ă  la valeur inestimable, la maison elle-mĂŞme) pour les appâter et les inciter Ă  revenir. Pendant des annĂ©es, Carson Muir a errĂ©, sans jamais vraiment s’installer, certaine d’une seule chose: qu’une vie loin de l’ocĂ©an est une vie vĂ©cue Ă  moitiĂ©. Perdue, sans le sou, elle quitte la Californie et arrive la première Ă  Sea Breeze, se demandant Ă  quel moment les choses ont pu si mal tourner… jusqu’Ă  ce que l’ocĂ©an lui envoie son petit miracle. Le lien Ă©tonnant qu’elle entretient avec un dauphin aidera Carson Ă  renouer avec ses soeurs et Ă  affronter les souvenirs obsĂ©dants et funestes de son père. Grâce au rythme apaisant de l’Ă®le, Carson ouvrira son coeur et pourra alors commencer Ă  se tourner vers l’avenir.

Mon avis:

Aimant beaucoup les sagas familiales, je me suis encore une fois laissée charmer par le résumé de celle-ci et par sa jolie couverture. Merci donc aux Editions Charleston pour l'envoi de ce titre.

En ce dĂ©but de printemps j'avais clairement envie de lire une histoire qui sent bon le retour des beaux jours, c'est donc avec bonheur que je me suis plongĂ©e dans Les filles de l'Ă©tĂ© et je n'ai pas Ă©tĂ© déçue. Je me suis facilement laissĂ©e envoĂ»ter par le charme de cette vieille demeure familiale au bord de la mer en Caroline du Sud, mais aussi par Mamaw cette adorable grand-mère qui ne rĂŞve que d'une chose rĂ©unir ses trois petites filles pour un dernier Ă©tĂ© Ă  Sea Breeze. C'est une intrigue qui m'a touchĂ© car la relation qui unit Mamaw Ă  ses petites filles et plus particulièrement Ă  Carlson, celle dont la vieille dame est la plus proche, m'a un peu fait penser Ă  celle que j'entretiens avec ma grand-mère paternelle. C'est un rĂ©cit plein de nostalgie et de mĂ©lancolie, qui Ă©meut parce que l'on ressent le lien si fort qui les relie les unes aux autres, mais aussi parce que l'on sait que c'est sans doute la dernière fois qu'elles pourront se rĂ©unir ensemble toutes les quatre, et qu'elles pourront partager des moments uniques comme ceux-ci au vue de l'âge avançant de Mamaw. Pourtant, le sĂ©jour ne va se dĂ©rouler comme prĂ©vu puisqu'on le dĂ©couvre dès le dĂ©but que les relations ne sont plus vraiment cordiales entre les trois jeunes femmes. La joie des retrouvailles va ĂŞtre entachĂ©e par les secrets, les non-dits, les erreurs d'un père disparu qui aujourd'hui refont surface, mais aussi par les problèmes personnels des trois sĹ“urs.

C'est surtout Carlson que l'on va suivre dans ce premier tome. C'est la deuxième de cette fratrie de trois filles. Elles ont le mĂŞme père mais pas la mĂŞme mère, et c'est sans doute pour cela qu'elles se sont progressivement Ă©loignĂ©es les unes des autres. Chacune a eu une enfance diffĂ©rente et malgrĂ© leurs vacances communes passĂ©es tous les Ă©tĂ©s chez leur grand-mère, on sent qu'il y a au plus profond d'elles des rancĹ“urs, des incomprĂ©hensions concernant leur passĂ© et les relations qu'elle entretenaient chacune avec leur père. Carlson est sans doute celle qui a le plus souffert parce qu'elle a perdu sa mère Ă  l'âge de 4 ans, et qu'elle a dĂ» ensuite assumer des responsabilitĂ©s d'adulte très jeune. J'ai beaucoup aimĂ© ce personnage, car derrière sa carapace de fille forte et indĂ©pendante, on sent qu'elle porte en elle une douleur que personne ne soupçonne, pas mĂŞme Mamaw. Je l'ai apprĂ©ciĂ© Ă©galement pour sa gentillesse et sa sensibilitĂ©, je pense notamment aux moments passĂ©s avec Nate le fils de Dora ou encore Delphine le dauphin, pour lesquels elle se prend d'affection. Dora l’aĂ®nĂ©e, elle, est la plus terre Ă  terre. Maman d'un petit garçon autiste de 9 ans, elle se comporte souvent comme une mère Ă©touffante, trop protectrice, mais elle n'en est pas moins touchante. Quant Ă  Harper la plus jeune des trois, elle reste un peu en retrait, mais la douceur et le charme qui se dĂ©gagent d'elle font que nous ne pouvons que l'apprĂ©cier. 

J'ai lu ce roman en moins de trois jours car il se lit très facilement, mĂŞme si l'on passe par toutes sortes d'Ă©motions. MalgrĂ© le fait que Carlson, Dora et Harper soient venu pour les vacances d'Ă©tĂ©, il y a une certaine tension entre les membres de cette famille qui ne savent pas vraiment comment se parler. C'est un joli roman sur les relations fraternelles distendues par le temps qui passe et par un contexte familial chaotique. Il pose Ă©galement des questions intĂ©ressantes Ă  soulever, comme comment surmonter la mort d'un parent, comment s'Ă©manciper de l'autoritĂ© abusive d'une mère, surmonter un divorce ou la maladie de son enfant, ou encore vaincre son alcoolisme. Il nous ouvre les yeux sur l'importance de profiter des siens, de prendre le temps de se parler les uns les autres, de se confier les choses que l'on a sur le cĹ“ur et surtout de pardonner pendant qu'il en est encore temps. Les amoureux de la nature apprĂ©cieront Ă©galement la mise en avant de l'importance de la protection de l'environnement et des mammifères marins, ainsi que les passages sur la jolie complicitĂ© qui peut unir parfois l'Homme et l'Animal. Ce n'est pas un coup de cĹ“ur car parfois les dĂ©cisions irrĂ©flĂ©chies de Carlson m’agaçaient, et parce qu'encore beaucoup de questions restent sans rĂ©ponses notamment concernant Dora et Harper, qui je l’espère seront abordĂ©es dans les deux prochains tomes, mais c'est un roman porteur de belles valeurs, telles que le pardon, ou encore le partage, qui m'a fait passer un très bon moment.

Pour conclure:
Un premier tome rĂ©ussi, frais, qui sent bon le soleil et les vacances, mais ne vous y trompez pas, il regorge Ă©galement de sujets dĂ©licats. Entre confessions Ă  cĹ“ur ouvert, disputes et rĂ©conciliations, Les filles de l'Ă©tĂ© offre un joli panorama sur La Caroline du Sud, et aborde avec justesse la complexitĂ© des relations familiales.

Ma note: 16/20.

3 commentaires:

  1. Je ne suis pas très contemporaine à la base mais la couverture très fraîche m'interpelle et le résumé m'a l'air plutôt intrigant... tiens tiens... je me dis que ce pourrait être une lecture sympa, pour l'été par exemple ! ^^ Je note. Merci pour la découverte. En plus, tu as eu l'air d'avoir bien aimé, donc ça donne encore plus envie.

    RĂ©pondreSupprimer
  2. C'est drĂ´le, c'est un Charleston qui me tentait le moins dans leurs parutions... Pourtant, en lisant ta chronique, je me dis pourquoi pas ? Peut-ĂŞtre pour les vacances :)

    RĂ©pondreSupprimer
  3. Je ne suis pas une adepte des livres parus chez Charleston à cause de nombreuses déception, mais ici la couverture fraîche et le résumé m'attirent pourtant beaucoup ! Merci pour la découverte ^^

    RĂ©pondreSupprimer