mardi 29 août 2017

Des mensonges nécessaires.
Diane Chamberlain.
Editions MosaĂŻc Poche.
501 pages.

Résumé:

1960. Dans les champs de tabac de Caroline du Nord, Jane Forrester et Ivy Hart ne pourraient mener des existences plus diffĂ©rentes. A quinze ans, Ivy travaille dur pour faire vivre sa famille, notamment « bĂ©bĂ© William », âgĂ© de deux ans qui souffre d’un retard mental. Au contraire, Jane est confortablement mariĂ©e et rien, dans son milieu bien-pensant, n’exige d’elle qu’elle donne de sa personne. Sauf sa conscience et sa sensibilitĂ©. Bravant son mari et les conventions sociales, elle s’engage au service des pauvres – au service de la famille d’Ivy Hart. Une proximitĂ© qui lui ouvre les yeux sur des secrets insoupçonnables et un scandale humain qui devient sa bataille.

Mon avis:

La sĂ©grĂ©gation raciale est un thème qui m'est très chère et que j'aime beaucoup retrouver en littĂ©rature. Alors dès que j'ai le bonheur de trouver en librairie un roman de ce genre je ne peux m'empĂŞcher de me le procurer. Des mensonges nĂ©cessaires de Diane Chamberlain Ă©tait dans ma bibliothèque depuis plus d'un an, je suis donc ravie d'avoir enfin pu avoir le temps de le dĂ©couvrir. 

C'est un roman qui m'a surpris parce que la sĂ©grĂ©gation n'est pas le sujet majeur du livre. On y retrouve bien Ă©videmment des familles noirs comme la famille Jordan travaillant dans la plantation de tabac de Caroline du Nord oĂą se situe l'histoire, mais ce ne sont pas les personnages principaux autour desquelles tourne toute l'intrigue. Ici nous suivons plus particulièrement une famille blanche très pauvre les Hart qui travaillent Ă©galement dans cette plantation. J'ai Ă©tĂ© surprise de constater que ce genre d'endroit et de travail n'Ă©tait pas uniquement rĂ©servĂ© aux noirs, mais aussi aux blancs qui se trouvaient dans une situation très prĂ©caire. Il est toujours affligeant de voir que des personnes pouvaient vivre dans de telles conditions, dans des cabanes de fortune et ĂŞtre exploitĂ©es de cette façon et ce quelque soit sa couleur de peau. Mais ce qui m'a le plus surpris et rĂ©voltĂ© et que j'ignorais totalement ce sont les opĂ©rations mĂ©dicales inimaginables que l'on pratiquait sur ces travailleurs sociaux, la stĂ©rilisation eugĂ©nique. 

Et c'est le thème majeur du livre. Dans les annĂ©es 60 la pilule n'existait pas et souvent les pauvres n'avaient aucunes informations sur le plan de l’Ă©ducation sexuelle. Beaucoup de personnes en situation prĂ©caire qu'elles soient noires ou blanches Ă©taient stĂ©rilisĂ©es contre leur volontĂ© et parfois sans qu'elles le sachent. Cette pratique Ă©tait normalement rĂ©servĂ©e aux personnes n'ayant pas les capacitĂ©s mentales ou physiques pour s'occuper d'enfants, mais malheureusement comme vous pouvez l'imaginer l'abus de pouvoir Ă©tait souvent proche. En effet la majoritĂ© des enfants qui voyaient le jour dans ces foyers n'avaient quasiment pas d'avenir, Ă©taient destinĂ©s Ă  grandir dans des conditions de vie indĂ©centes et parfois mĂŞme Ă©taient livrĂ©s Ă  eux-mĂŞme.   Si j'ai pu comprendre l’intĂ©rĂŞt d'une telle pratique dans certaines situations j'ai Ă©tĂ© en revanche sidĂ©rĂ©e de voir que des erreurs Ă©taient souvent commises sur certaines personnes que l'on stĂ©rilisait sans raisons valables, ou encore de voir que l'on arrachait des enfants Ă  leurs parents soit disant pour leur propre sĂ©curitĂ©, comme telle a Ă©tĂ© le cas pour la sĹ“ur d'Ivy.

Je me suis beaucoup attachĂ©e Ă  Ivy et sa famille qui bien que très pauvre essaie de s'en sortir malgrĂ© tout. Ivy est une jeune fille de 15 ans mais qui en paraĂ®t beaucoup plus du fait que c'est elle qui s'occupe de toute sa famille depuis la mort de son père et l'internement de sa mère. Elle vit avec sa grand-mère Nonnie diabĂ©tique, sa sĹ“ur aĂ®nĂ©e Marie-Ella qui est incroyablement belle mais faible d'esprit et son neveu de 2 ans William. C'est un personnage très touchant qui malgrĂ© son jeune âge et ce que tout le monde pense d'elle est très intelligente. MalgrĂ© la misère dans laquelle ils vivent ils peuvent heureusement compter sur le soutien de l'aide sociale qui leur permet de se procurer des vĂŞtements ou des produits de la vie courante par exemple. C'est ainsi qu'Ivy va faire la connaissance de Jane  22 ans qui vient tout juste de prendre ses fonctions comme assistante sociale.

Jane est Ă©galement un personnage que j'ai beaucoup aimĂ©. Elle vient tout juste de se marier Ă  un jeune mĂ©decin et a donc une vie très confortable. Pourtant elle n'aspire pas Ă  devenir une femme au foyer comme bon nombre de ses amies mais souhaite au contraire ĂŞtre utile aux autres. C'est une femme entĂŞtĂ©e mais incroyablement gĂ©nĂ©reuse, sensible, touchante et c'est un trait de caractère qui malheureusement va lui faire dĂ©faut dans l'exercice de son mĂ©tier. Trop engagĂ©e Ă©motionnellement elle va souvent dĂ©passer le cadre de ses fonctions et commettre des interdits. Son comportement envers la famille Hart Ă  laquelle elle s'attache vite, rend le rĂ©cit captivant car nous aussi on a envie de se battre Ă  ses cotĂ©s pour rĂ©tablir la justice et dĂ©fendre toutes ces personnes Ă  qui l'on ment soit disant dans leur propre intĂ©rĂŞt. 

C'est un roman passionnant, rĂ©voltant et saisissant par la force, la dĂ©termination et le courage de ces deux femmes que tout oppose mais qui vont petit Ă  petit se rapprocher, se faire confiance et se soutenir mutuellement. Bon nombre de secrets scandaleux et choquants se cachent encore dans cette histoire qui rythment le rĂ©cit d'une façon incroyable et nous surprennent pages après pages. Ce roman n'a pas Ă©tĂ© un coup de cĹ“ur parce que je regrette la fin qui Ă  mes yeux est un peu trop prĂ©cipitĂ©e. J'aurais aimĂ© suivre encore un moment Ivy et les autres avant de faire un bon dans le temps de près de 50 ans, mais ce fut malgrĂ© ce lĂ©ger dĂ©tail une lecture exceptionnelle que je vous recommande de tout cĹ“ur. 

Pour conclure:
Un roman rĂ©voltant mais passionnant grâce auquel j'ai appris Ă©normĂ©ment de choses que j'ignorais alors, notamment sur les opĂ©rations mĂ©dicales scandaleuses qui Ă©taient pratiquĂ©es sur les travailleurs pauvres des plantations de tabac. Une histoire touchante portĂ©e par deux hĂ©roĂŻnes inspirantes par leur force et leur courage, prĂŞtes Ă  tout pour dĂ©fendre leurs convictions, leur libertĂ© et le droit des femmes. 

Ma note: 19/20.

1 commentaire:

  1. Je l'ai dans ma bibliothèque depuis sa sortie mais je ne l'ai toujours pas ouvert ! Ta chronique me donne envie :)

    RĂ©pondreSupprimer