jeudi 10 août 2017

La vie secrète de Violet Grant.
Beatriz Williams.
Editions Belfond.
534 pages.

Résumé:

Du New York des sixties au Tout-Berlin d'avant guerre, en passant par Londres et Paris, une saga trépidante, le portrait de deux femmes indomptables, au destin bousculé par la passion, la soif d'indépendance et le goût du scandale. Manhattan 1964. Alors qu'elle végète à un poste de pigiste, Vivian reçoit un colis qui va radicalement changer sa vie : une valise, égarée depuis cinquante ans, qui aurait appartenu à sa grand-tante Violet. Qu'est devenue cette brillante scientifique, qui rêvait de devenir la première physicienne américaine ? À en croire la légende familiale, elle aurait fui l'Europe en 1914 au bras de son amant, après avoir assassiné son époux. Personne ne l'a revue depuis.  Piquée par la curiosité, l'apprentie journaliste se lance dans une enquête sur sa sulfureuse aïeule, avec qui elle ne tarde pas à se découvrir de nombreux points communs : le rêve d'un avenir hors des sentiers battus, des amours compliquées... et toutes deux prêtes à tout pour l'homme de leur vie. Au fur et à mesure que se révèle la vie secrète de Violet Grant, Vivian n'aura bientôt plus qu'une idée en tête : la rencontrer...

Mon avis:

J'avais découvert Beatriz Williamns avec son premier roman L'été du cyclone qui avait été un vrai coup de coeur l'année dernière. J'étais donc ravie de retrouver la plume de l'auteure avec son deuxième roman La vie secrète de Violet Grant. Je remercie donc les Editions Belfond pour m'avoir envoyé ce titre ainsi que la suite Les lumières de Cape Cod qui est paru le 1 juin 2017 dans leur nouvelle collection Le Cercle Belfond.

Il est vrai que j'avais beaucoup d'attente concernant ce livre car j'avais tellement aimé le premier que je m'attendais ou du moins j’espérais apprécier celui-ci tout autant. Avec La vie secrète de Violet Grant Beatriz Williams part dans un registre totalement différent en terme de genre et d'époque puisqu'il s'agit plutôt ici d'un roman historique qui se déroule à la fois avant la première guerre mondiale puis de nos jours, mais aussi en terme de narration. Je ne sais pas très bien comment expliquer mon propos mais je n'ai pas reconnu la plume de l'auteure que j'avais tant apprécié dans son roman précédant. La narratrice est Vivian elle-même et on peut dire qu'elle a une façon très particulière de s’exprimer, d'autant plus qu'elle s'adresse parfois directement au lecteur. Cela m'a quelque peu déstabilisé car j'ai mis du temps à me familiariser avec ce choix narratif.

Le deuxième gros regret que j'ai concernant ce roman est qu'il est à mon sens beaucoup trop long et lent. Javais l'impression que l'intrigue n’avançait pas alors que cette fameuse valise est découverte par Vivian dès les toutes premières pages. Malheureusement Beatriz Williams a fait le choix de consacrer une partie des passages concernant Vivian à son histoire d'amour avec un médecin qu'elle rencontre dans une poste plutôt que de les consacrer aux recherches qu'elle entreprend pour savoir ce qu'est devenue sa grande tante Violet. J'ai trouvé qu'il n'y avait pas assez de passages sur l'enquête qu'elle mène alors que c'est le sujet même du livre. J'avais envie de découvrir plus de secrets, j'avais envie de voir l’évolution de ses recherches et non pas son idylle compliquée avec cet homme qui pour ma part n'a en aucun cas servi l'histoire. Du côté des retours dans le passé si j'ai au contraire adoré ici la romance qui s'installe entre Violet et Lionel que j'ai énormément apprécié, en revanche j'ai trouvé que là encore il n'y avait pas beaucoup de rebondissements et de péripéties qui faisaient avancer l'intrigue. Pour cela il faut attendre la toute fin du livre qui m'a assez surprise par contre, si bien que parfois je me demandais où voulait en venir l'auteure.

En y réfléchissant par la suite j'ai pensé que peut-être la relation qu'entretient Vivian avec le docteur Paul n'était en réalité présente que pour nous montrer les similitudes qu'il y avait entre Vivian et Violet. Toutes deux ont en effet fait de mauvais choix en terme de relation amoureuse. L'une s'est entichée d'un coureur de jupons et l'autre d'un homme déjà engagé ailleurs. J'ai trouvé intéressant de retrouver un peu de Violet en Vivian et vice versa, car on ne sait pas ce que Violet est devenue. On ne sait pas si elle est toujours vivante à l'époque dans laquelle vit Vivian, et ainsi j'ai eu l’impression que Violet était en quelque sorte encore présente, que cela rendait encore plus vivant ce personnage intriguant et énigmatique. 

Outre les ressemblances dans leurs relations affetcives, elles ont également des caractères très similaires. Elles sont toutes deux des femmes très modernes qui veulent réussir dans leur métier et qui veulent s'imposer en tant que femme dans un monde d'hommes. Elles sont également très franches, très audacieuses, très impétueuses, surtout Vivian qui m'a parfois exaspéré par son sans-gêne et sa franchise parfois grossière. Violet est un peu plus dans la retenue, sans doute parce qu'elle vit au tout début du XXeme siècle, même si à la fin elle sait aussi s'affirmer et prendre les décisions qui s'imposent. J'ai en revanche regretté sa naïveté et sa capacité à se laisser dicter sa vie par son mari le professeur Grant. Dans tous les cas ce sont deux personnages féminins très proches dans leur attitude, qui ont eu des relations basées sur le mensonge et les tromperies et qui sont très en avance sur leur temps. Il est vrai qu'elles ne m'ont pas toujours plu mais elles ont le mérite d'être différentes des personnages que l'on retrouve habituellement dans ce genre de roman.

L'ambiance générale du livre est assez particulière. Je ne l'ai pas particulièrement apprécié du fait des quelques passages sur la physique et la chimie qui donnent parfois au roman un caractère un peu trop intellectuel. Heureusement ils sont très peu présents, surtout au début du livre car cet aspect de l’histoire ne m'intéressait pas du tout. J'ai nettement préféré les passages sur la montée progressive des conflits à l'origine de la première guerre mondiale. J'ai trouvé qu'ils apportaient vraiment un climat de tension croissant tout au long du roman qui m'a tenu en haleine. J'avais constamment peur pour Violet et j'avais d'autant plus envie de savoir ce qui était caché à l'intérieur de sa valise, car on se doute bien que son contenu est en rapport avec l’entrée imminente en guerre. Enfin, j'ai regretté parfois la présence de mots ou de passages à caractère sexuel. Lorsque l'on découvre les loisirs d'un des personnage du passé on comprend mieux pourquoi ils sont là, mais là encore selon moi cette ambiance un peu "libertine" n'était pas indispensable à mon sens. 

Pour conclure:
Un roman palpitant du fait du mystère entretenu autour de cette valise datant de plus de cinquante ans, mais qui est malheureusement très lent. Si l'aspect historique m'a beaucoup plu, j'ai eu en revanche des difficultés Ã  véritablement apprécier Violet et Vivian, et je regrette que Beatriz Williams ait délaissé l'enquête menée par Vivian au profit de sa romance. Un  livre assez bon dans l'ensemble mais qui ne fait pas partie selon moi des meilleurs du genre.

Ma note: 14/20.

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Du coup, j'ai commencé par Les lumières de Cap Cod et j'ai vu qu'il n'y avait aucune difficulté à le lire sans avoir lu la suite. L'auteure fait également s'exprimer Tiny de la même manière, par moment on a l'impression qu'elle s'adresse au lecteur directement.
    Je pense lire dans l'hiver l'histoire de Violet car je me doute que le troisième tome sera là l'été prochain :)

    RépondreSupprimer