lundi 13 juillet 2015


La colline aux esclaves. 
Kathleen GRISSOM.
Editions Charleston.
425 pages.

Résumé:

Etats-Unis 1791. Lavinia, jeune irlandaise de sept ans a perdu ses parents dans un naufrage. Elle est recueillie à la plantation de tabac, Tall Oaks, où elle est embauchée comme domestique. Placée sous la protection de Belle, elle se lie d'amitié avec les autres esclaves noirs et trouve en eux une seconde famille. Lavinia ayant la peau blanche et étant dotée d'une grande curiosité, va petit à petit se rapprocher de la grande maison des maîtres, dans l'espoir naïf de rapprocher ces deux mondes que tout oppose.

Mon avis:

Ce livre m'a été envoyé par les Editions Charleston, que je remercie énormément car je ne fais pas partie des lectrices Charleston 2015, mais ils ont quand même accepté de me faire parvenir ce roman qui m'attirait depuis pas mal de temps maintenant. 

J'étais impatiente de le commencer à la vue du résumé, des très nombreuses critiques élogieuses présentes sur la première page du roman, mais aussi  de la couverture que je trouve très belle, avec en toile de fond une ancienne demeure coloniale. Quand je l'ai reçu j'ai vu cette citation qui m'a donné encore plus envie de le lire: "Oubliez Autant en emporte le vent... voici une histoire qui captive le lecteur et exige d'être dévorée." J'ai tout de suite été curieuse car ce livre est un de mes romans préféré! De plus, je suis attirée par les récits qui se déroulent aux Etats-Unis, qui est un pays que je trouve fantastique de part la beauté et la diversité de ses paysages, mais aussi par la beauté des anciennes plantations que l'on peut retrouver le long du Mississippi. Je m'attendais donc à beaucoup aimer ce roman et je n'ai pas été déçue!

J'ai adoré me retrouver au sein de cette grande famille qui a élevé et considéré Lavinia comme une des leurs, même si les conditions de vie de ces esclaves ne sont pas faciles. Ils n'ont rien mais ont beaucoup d'amour à donner. J'ai été étonné des liens qui les unissent et la force dont ils font preuve, afin de rester digne et d'être heureux malgré tout. Tout le long du roman, la narration va être alternée entre Lavinia et Belle. On va suivre à travers leurs yeux, le quotidien à Tall Oaks, entre d'un coté les maîtres et de l'autre les domestiques de la grande maison et les esclaves des champs de la plantation. Il y a énormément de personnages mais elles en sont les deux principaux.

Ce sont deux jeunes filles qui ont perdu leurs repères et qui ont grandit loin de leurs vrais parents. Lavinia, orpheline, a été recueillie par le capitaine. Belle, est sa fille illégitime, qu'il a eu en secret avec une domestique noire, morte en couche. Elles connaissent la même douleur, qui est heureusement en partie comblée par la protection et l'amour de Mama Mae et de Papa Georges. On s'attache beaucoup à elles, car sous leur gentillesse, se cache une volonté de changer les choses. Elles vont se soutenir l'une et l'autre, afin de lutter contre ces injustices et surtout contrer la méchanceté et les plans machiavéliques de Marshall, le fils du capitaine qui, à sa mort, a repris la plantation et qui règne en maître sur tout le monde, aidé par le perfide Rankin.

C'est un roman bouleversant, qui renferme des moments très difficiles. En effet, les esclaves subissent la faim,les violences, les soumissions et parfois même connaissent un destin plus tragique, la mort.

Pour conclure:
J'ai aimé ce roman du début à la fin. Entre histoires d'amour et drames on en sort chamboulé mais soulagé, car il se termine sur une petit note d'espoir. Un livre qui restera gravé dans ma mémoire et que je relirai avec plaisir.

 Ma note: 20/20. Un coup de cœur!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire