mardi 29 septembre 2015


Embrassez-moi.
Katherine PANCOL.
Editions Le livre de poche.
412 pages.

Résumé:

Angela, française, est à l'hôpital. Elle se lie d'amitié avec l'infirmière qui s'occupe d'elle et qui lui demande pourquoi elle est là. Alors, Angela lui raconte. Elle se replonge dans ses souvenirs. Ces hommes et ces femmes qui ont traversé sa vie. Louise, l' ancienne star de cinéma américaine, Virgile, le français dont on ne sait presque rien et qui se méfie beaucoup, Mathias, le tchèque déterminé qui refuse de s'abandonner. Angela, elle, cherche la liberté d'aimer, d'avoir peur, de refaire les mêmes erreurs...

Mon avis:

J'ai découvert Katherine Pancol avec sa trilogie: Les yeux jaunes des crocodiles, La valse lente des tortues et Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, que j'avais moyennement apprécié. Persévérante et curieuse de nature, j'ai voulu découvrir un autre roman de cette auteure très populaire en France, afin de savoir si c'était le charme des crocodiles qui n'avait pas pris sur moi ou si c'était son style d'écriture qui ne me convenait pas.

En effet, elle a une façon d’écrire très particulière je trouve, du moins dans ce roman. Je trouve que c'est assez brouillon, désordonné. On saute d'un personnage à un autre, d'une réflexion à autre, ce qui fait que l'on ne sait plus de quoi on parlait au départ, on est souvent perdu. J'ai soupiré plus d'une fois car je ne comprenais pas qui était qui, et leur rôle dans l'histoire.

Angela est la narratrice. Elle raconte tout au long du roman à son infirmière, les faits majeurs qui ont marqué sa vie jusqu'à aujourd'hui. Il y a donc très peu de dialogues, car on est plongé dans ses souvenirs, ce qui est assez long parfois.
D'autant plus que ce roman ne comporte pas de chapitres, comme pas mal de livres de cette auteure. On a donc l'impression de ne pas avancer dans notre lecture.

Après deux échecs sentimentaux, Angela est un peu perdue. Elle se donne trop d'importance à ses relations amoureuses et se laisse trop facilement guider par ses émotions. Heureusement, elle a un grand cÅ“ur et est très sociable. Elle se lie d'amitié facilement et avec n'importe qui, de la star de cinéma qu'elle interview, à la serveuse d'un café, en passant par un vendeur de journaux... Ils vont tous, à leur façon avoir une place importante dans sa vie et l'aider. J'ai bien aimé son caractère, son optimisme, son romantisme aussi. Elle ne baisse pas les bras, elle est prête à tout faire pour retrouver l'amour de sa vie,, quitte à se remettre en question.

De plus, j'ai énormément apprécié certains passages avec lesquels j'étais tout à fait d'accord, comme celui-ci: '' J'avais appris à aimer Simon. Simon disparu, il fallut que je réapprenne tout, toute seule. Comme une débutante. C'est cela la vraie solitude: se retrouver seule et apprendre à s'estimer, avancer dans la vie sans autres encouragements, sans autres applaudissements que ceux que l'on s'accorde dans le silence effroyable du tête-à-tête de l'âme. Quand on a appris à s'aimer à deux, c'est dur de s'aimer toute seule."p122.

Enfin, ce roman se termine comme il a commencé. On ne comprend qu'à la fin pourquoi elle se retrouve dans un hôpital et le lien entre tous les personnages.
J'ai été stupéfaite par le dénouement, je ne m'y attendais pas du tout. Une de ses connaissances avait un double visage et je ne m'en étais même pas aperçu. J'ai été agréablement surprise, ce qui m'a laissé une note un peu plus positive du roman sur la fin.

Pour conclure:
Si vous voulez découvrir Katherine Pancol, je ne vous conseille pas de commencer avec celui là au risque d'être peut-être déçue comme moi. Par contre je pense qu'il plaira aux fans de cette auteure, qui retrouveront son style. Moi, en tout cas, je n'ai pas plus apprécié que ça.

Ma note 11/20.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire