jeudi 4 février 2016

Brooklyn.
Colm Toibin.
Editions 10-18.
336 pages.

Résumé:


Enniscorthy, sud-est de l'Irlande, annĂ©es 50. Comme de nombreux jeunes de sa gĂ©nĂ©ration, Eilis Lacey, diplĂŽme de comptabilitĂ© en poche, ne parvient pas Ă  trouver de travail. Par l'entremise d'un prĂȘtre, sa soeur Rose obtient pour elle un emploi aux Etats-Unis. En poussant sa jeune soeur Ă  partir, Rose se sacrifie: elle sera seule dĂ©sormais pour s'occuper de leur mĂšre veuve et aura peu de chance de se marier. TerrorisĂ©e Ă  l'idĂ©e de quitter le cocon familial, mais contrainte de se plier Ă  la dĂ©cision de Rose, Eilis quitte l'Irlande. A Brooklyn, elle loue une chambre dans une pension de famille irlandaise et commence son existence amĂ©ricaine sous la surveillance insistante de la logeuse et des autres locataires. Au dĂ©but, le mal du pays la submerge, la laissant triste et solitaire. Puis, peu Ă  peu, elle s'attache Ă  la nouveautĂ© de son existence. A son travail de vendeuse dans un grand magasin oĂč les premiĂšres clientes noires font une apparition timide qui scandalise les Ăąmes bien pensantes, sauf Eilis, qui, dans sa petite ville d'origine, n'a jamais connu le racisme. Au bal du vendredi Ă  la paroisse du quartier. Aux cours du soir grĂące auxquels elle se perfectionne en comptabilitĂ©. Dans ce rythme entre monotonie rassurante et nouveautĂ©s excitantes, Eilis trouve une sorte de libertĂ© assez proche du bonheur.

Mon avis:


Je n'avais jamais entendu parler de ce livre, que j'ai dĂ©couvert par hasard sur une Ă©tagĂšre en librairie parmi d'autres et je dois dire que sa couverture et son titre m'ont tout de suite attirĂ©. ComplĂštement amoureuse des Etats-Unis depuis toute petite et plus particuliĂšrement de New-York, mais aussi de tout ce qui se rapporte au vintage, livres, films, photographies, vĂȘtements, objets.... autant vous dire que je ne pouvais pas passer Ă  cĂŽtĂ© de Brooklyn. Je n'ai donc pas pu rĂ©sister Ă  l'envie de le lire tout de suite, d'autant plus que l'adaptation cinĂ©matographique sort en France en mars 2016. Je remercie d'ailleurs beaucoup Fiona du blog Pretty Books pour m' en avoir informĂ© et pour m'avoir fait dĂ©couvrir la bande annonce.


Je suis tellement contente d'avoir suivie mon intuition, car ce roman m'a permis de m'Ă©vader complĂštement. Vous ne le savez peut-ĂȘtre pas, mais mon plus grand rĂȘve est d'aller vivre un jour aux Etats-Unis. Je me disais ainsi, tout au long de ma lecture, que cela pourrait ĂȘtre moi, que je pourrais me trouver Ă  la place d'Eilis moi aussi. C'est un pas que je n'ai malheureusement pas encore eu le courage de franchir, Ă  cause notamment de la complexitĂ© d'obtention d'un visa, mais surtout par peur de l'inconnu. Tout quitter, sa famille, ses amis et s'adapter aux modes de vie d'un nouveau pays, doit ĂȘtre dur Ă  gĂ©rer. Et c'est ce dont va ĂȘtre confrontĂ©e Eilis. D'autant plus qu'elle, ne quitte pas son pays par choix, mais par nĂ©cessitĂ©, afin de pouvoir avoir une vie meilleure. Brooklyn est un roman qui m'a touchĂ© dans le sens oĂč, que l'on veuille s'expatrier ou non, on ne peut que comprendre son choix. Dans un pays comme la France oĂč de nos jours les jeunes ont des difficultĂ©s Ă  trouver un emploi, on peut facilement comprendre qu'elle ait saisi l'opportunitĂ© qui s'offre Ă  elle de trouver du travail, mĂȘme si pour cela, elle doit tout quitter et commencer une nouvelle vie ailleurs. 

Eilis qui est une jeune femme timide, ne va pas facilement vers les autres, elle ne sort pas beaucoup au dĂ©but et reste concentrĂ©e sur son travail de vendeuse dans un grand magasin de vĂȘtements pour femmes Ă  Brooklyn. Elle a du mal au dĂ©but Ă  s'intĂ©grer, elle se sent souvent seule, perdue et souffre de ce que l'on appelle le mal du pays. Pour une fille venant d'un petit village de campagne, cette grande ville lui semble effrayante. C'est un personnage que j'ai beaucoup aimĂ©. A la fois douce et fragile, elle Ă©volue Ă©normĂ©ment au fil des pages, pour devenir une jeune femme forte et indĂ©pendante, sĂ»re de ses convictions, mĂȘme si ce n'est pas toujours le cas dans les dĂ©cisions qu'elle a Ă  prendre. Heureusement, elle va vaincre petit Ă  petit ses peurs et commencer Ă  sortir dans les bals de quartier avec ses colocataires, oĂč elle fait la rencontre un soir d'un jeune italien du nom de Tony. Pourtant, alors qu'elle semble peu Ă  peu s'adapter, elle apprend soudainement une nouvelle qui la contraint Ă  retourner en Irlande. MĂȘme si j'avais devinĂ© l’Ă©vĂ©nement qui pousse Eilis Ă  rentrer en Irlande, c'est un roman qui nous tient en haleine jusqu'Ă  la fin, car on ne sait pas finalement quelle vie elle va choisir. 

Outre le fait que ce livre aborde les difficultĂ©s d’adaptation dans un pays Ă©tranger, il met Ă©galement en Ă©vidence des thĂšmes importants, comme la place de la femme dans les annĂ©es cinquante. En effet Ă  l'Ă©poque, les femmes, une fois mariĂ©es, devaient rester au foyer pour s'occuper de la maison et des enfants. Eilis, elle, veut se marier certes, mais veut Ă©galement avoir une carriĂšre professionnelle. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle est venue en AmĂ©rique. Il met en avant Ă©galement la montĂ©e du racisme envers les noirs, que l'on commençait Ă  regarder de travers dans la rue et qui n'Ă©taient pas acceptĂ©s partout.

Pour finir l'ambiance vintage qui s'en dĂ©gage est extraordinaire.Moi qui aime tellement ces annĂ©es lĂ , j'ai Ă©tĂ© comblĂ©e. Je m'imaginais parfaitement la dĂ©coration de la maison oĂč vit Eilis, les rues animĂ©es avec les voitures, les enseignes, les bals et les fĂȘtes foraines de l'Ă©poque. Le fait d'avoir vu la bande annonce rendait encore plus rĂ©el l'histoire et ses personnages.


Pour conclure:
Je ne peux que vous recommander de lire ce livre si comme moi vous aimez les romans dramatiques d'Ă©poque. J'ai adorĂ© voyager avec Eilis, la suivre de sa traversĂ©e en bateau jusqu’Ă  son arrivĂ©e au pays de l'oncle Sam, que je rĂȘve un jour de dĂ©couvrir Ă  mon tour. Un roman touchant, qui nous montre les difficultĂ©s que l'on peut  rencontrer lorsque l'on est dĂ©racinĂ© de son pays natal. Il met Ă©galement en avant les opportunitĂ©s qu'offrait l'AmĂ©rique dans les annĂ©es cinquante, qui Ă©tait un peu l'eldorado, une terre promise pour des milliers d’immigrĂ©s venus rĂ©aliser leur rĂȘve amĂ©ricain. Ce livre s'est terminĂ© trop rapidement Ă  mon goĂ»t et j'irai bien entendu voir le film Ă  sa sortie pour retrouver, je l'espĂšre avec le mĂȘme plaisir, cette belle histoire.

Ma note: 20/20. Un coup de coeur!

2 commentaires:

  1. Tu me donnes envie de le faire sortir de ma WL pour rejoindre le haut de ma PAL.

    RĂ©pondreSupprimer
    RĂ©ponses
    1. J'ai Ă©tĂ© touchĂ©e par ce livre car comme je le dis il me concerne un peu, je me suis reconnue Ă©normĂ©ment dans Eilis. AprĂšs il ne te paraĂźtra peut-ĂȘtre pas forcĂ©ment aussi exceptionnel qu'Ă  moi. J'espĂšre en tout cas que quand tu le liras tu aimeras.

      Supprimer