lundi 15 février 2016

Elephant Island.
Luc BABA.
Editions Belfond.
216 pages.

Résumé:

Lorsque son père meurt en 1917 sur le front belge, Louis est placĂ© dans un pensionnat loin de sa mère et de ses frères et sĹ“urs. Ă€ l’ombre d’un conflit qui s’Ă©ternise, il rĂŞve d’un bateau pour Ă©chapper Ă  ce temple de la discipline et des mauvais traitements. Comment se construire dans un lieu oĂą les enfants sont livrĂ©s aux agissements les plus barbares des adultes ? Comment rĂŞver un avenir quand la guerre anĂ©antit l’espoir ? Face Ă  la fragilitĂ© des siens et Ă  la violence de l’Histoire, Louis, marquĂ© pour sa vie entière par une profonde entaille, reste au port Ă  contempler ce bateau qui le fascine et qu’il ne parvient pas Ă  prendre. Mais le nom d’Elephant Island va rĂ©sonner Ă  son oreille et l’arracher Ă  son silence.

Mon avis:


Je n'avais jamais lu les romans de l'auteur, qui en a pourtant écrit quatorze, mais je dois dire que le résumé de celui-ci m'a attiré particulièrement. Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.

Elephant Island est un livre poignant Ă  tout point de vue. Les premières pages de ce livre nous plongent Ă  la fin de la première guerre mondiale, en 1917. Louis, 7 ans, dont le père est parti au front, vit avec sa maman, ses deux frères et sa sĹ“ur Rose. Sa mère qui vient d'apprendre que son mari ne reviendra pas et qui ne peut plus assumer la charge de quatre enfants, dĂ©cide pour leur assurer une meilleure qualitĂ© de vie, d'abandonner Louis et Rose dans deux orphelinats diffĂ©rents.

Louis qui rĂŞvait d'aller rejoindre son père en bateau, se sent abandonnĂ© et prisonnier de cette institution, qui n'est autre qu'un bagne pour enfants. Entre les mauvais traitements, le manque de nourriture et les humiliations, il ne trouve le rĂ©confort que dans les lettres qu'il Ă©change avec Rose, qui subit le mĂŞme sort dans le couvent de bonnes sĹ“urs dans lequel sa mère l'a envoyĂ©. Il se lie Ă©galement d'amitiĂ© avec un soldat en repos Ă  l'orphelinat, avec qui il souhaite secrètement s'enfuir pour Ă©chapper Ă  l'enfer qu'il vit au quotidien. Le lien qu'il crĂ©era avec cet homme va lui permettre de tenir le coup, avec l'espoir naĂŻf que tout sera plus beau une fois dehors, en libertĂ©. J'ai Ă©tĂ© profondĂ©ment bouleversĂ©e par ce que subit tous les jours Louis, qui est privĂ© de sa famille, qui se retrouve sans repères, sans qu'aucun adultes dehors ne se doutent un seul instant de ce que ces enfants subissent ici.

Je me suis attachée à Louis qui est un petit garçon vif, sensible et rêveur. Malgré les monstruosités de la guerre, il garde l'espoir de retrouver sa famille à dix huit ans, quand il aura enfin l'âge de sortir. J'ai été plutôt déçue en revanche de ne pas suivre en parallèle la vie de Rose, qui est dans la même situation que lui. On comprend à travers ses lettres, qu'elle supporte les mêmes châtiments que son frère, mais malheureusement je trouve qu'elle est un peu mise de côté pendant tout le livre. D'autant plus, que des années plus-tard, elle va vraiment avoir une réaction complètement différente de lui, vis à vis de l'orphelinat où elle a grandit.

En résumé, c'est un roman touchant sur la dureté de la guerre qui séparait des familles entières, sur l'enfance meurtrie d'un petit garçon que le rêve a sauvé. Mais surtout, sur l'envie de justice, puisque devenu adulte, Louis va tout faire pour aider les enfants qui connaissent le même sort que lui et dénoncer les pratiques de ces bagnes pour enfants, comme celui d' Elephant Island, dont il apprend l'existence bien plus-tard.
Ce roman est d'autant plus poignant lorsque l'on sait que de tels lieux ont vraiment existé. On ne peut que se demander pourquoi? Pourquoi personne n'a rien fait et surtout n'a rien vu? Et comment surmonter une telle épreuve et trouver la force de vivre sa vie, quand on a eu une enfance douloureuse, violente et privée d'amour?
Je regrette cependant que ce roman soit si court finalement, alors que l'on suit Louis tout au long de sa vie, jusqu'Ă  ses 67 ans. Tout reste donc un peu trop en surface.
Les annĂ©es dĂ©filent vite, et j'avais l'impression que l'auteur passait quelques fois un peu trop rapidement sur des pĂ©riodes importantes Ă  mon sens, de la vie de Louis. 

Pour conclure:

Un roman sombre, dur, sur la souffrance des enfants à cette époque, que l'on enfermait dans des bagnes dans des conditions épouvantables, pour les remettre sur le droit chemin et leur inculquer "une bonne éducation". Des lieux perdus au milieu de nulle part, sans nouvelles ou presque de leur famille. Une histoire tragique, mais rendue belle, grâce à la plume poétique de Luc baba.

Ma note: 16/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire