mardi 23 août 2016

Quatre filles et un jean: le dernier été.
Ann Brashares.
Editions Gallimard Jeunesse.
399 pages.

Résumé:

Après leur première année loin de chez elles, à l'université, Carma, Tibou, Bee et Lena ont chacune des projets différents pour l'été : Carmen participe à un festival de théâtre. Persuadée de n'être bonne qu'à s'occuper des décors, elle est la première surprise lorsqu'elle se fait repérer pour ses talents d'actrice. Mais Julia, sa nouvelle amie, semble tout à coup bien distante.... Tibby reste au campus à New York pour suivre un séminaire d'écriture de scénarios et file le parfait amour avec Brian, jusqu'à ce que... tout se complique ; Bridget part en Turquie sur un chantier de fouilles archéologiques. Elle tombe sous le charme de Peter, trente ans, marié ; père de famille... Lena suit un atelier de dessin en compagnie d'un élève particulièrement doué et plutôt beau garçon, Léo, qui pourrait bien lui faire oublier Kostos... Ce dernier volet laisse les quatre filles au seuil de leur vie d'adulte. C'est l'heure des grandes questions et, parfois, des déceptions. Mais une chose est sûre : avec ou sans le jean, leur amitié restera éternellement dans le bleu.

Mon avis:

Dans le troisième tome nous avions laissĂ© Carmen, Tibby, Lena et Bridget, Ă  la veille de leur entrĂ©e Ă  l'universitĂ© et c'est avec beaucoup de curiositĂ© et d’impatience que j'ai donc commencĂ© Le dernier Ă©tĂ©. Dès les premières pages l'ambiance est assez spĂ©ciale, on a l'impression que tout est diffĂ©rent. Et ce n'est pas qu'une sensation puisque, Ă©tant dans des universitĂ©s diffĂ©rentes, pour la première fois les quatre filles ne vont pas passer l'Ă©tĂ© ensemble. Elles tentent de s'habituer dĂ©sormais Ă  leur nouvelle vie. Il est vrai que le passage en facultĂ© est assez brutal, tout est nouveau, mais il faut surtout y faire face seul. On laisse son chez soi, sa famille, pour un monde inconnu oĂą il va falloir dĂ©sormais jongler avec les cours, un budget serrĂ© et tout un tas de gens inconnus.

Le jean est très peu prĂ©sent, mĂŞme si les filles continuent de se le passer Ă  tour de rĂ´le, car elles ont pris conscience avec la distance qu'elles seront de toute façon toujours lĂ  les unes pour les autres quoiqu'il arrive, et encore plus maintenant qu'elles sont un peu livrĂ©es Ă  elles-mĂŞmes, sans personne Ă  qui se confier. On va apprendre Ă  mieux les connaĂ®tre Ă  travers leur passion respective. Carmen se lance dans le théâtre, Bridget se dĂ©couvre une passion pour l'archĂ©ologie, Tibby est toujours accro au cinĂ©ma et LĂ©na a toujours ce don innĂ© pour la peinture. Bien entendu des histoires de cĹ“ur vont encore s’immiscer dans leur Ă©tĂ© studieux, certaines relations vont s'approfondir, d'autres voler en Ă©clats. 

Ce qu'il ressort surtout de ce tome est le rĂ©el manque de confiance des filles envers elles-mĂŞmes mais Ă©galement envers les autres. On sent qu'elles se cherchent encore, qu'elles ne savent pas vraiment oĂą est leur place au sein de leur famille mais aussi de leurs amis ou petits amis. Carmen surtout est celle qui a le plus de mal Ă  faire face. J'ai trouvĂ© qu'elle avait perdu toute sa personnalitĂ©, son grain de folie que j’apprĂ©ciais tant chez elle. Je l'ai trouvĂ© très passive, très naĂŻve, elle se laisse facilement mener par le bout du nez par sa soi-disant amie et colocataire Julia. Une vraie peste que j'ai d'ailleurs dĂ©testĂ© tout au long du roman. On retrouve notre Tibby toujours aussi compliquĂ©e, qui a du mal Ă  s'habituer Ă  sa nouvelle relation avec Brian son meilleur ami et tout rĂ©cemment petit ami, surtout maintenant que les choses deviennent vraiment sĂ©rieuses entre eux, Bridget et sa soif de libertĂ© et la timide LĂ©na qui a bien du mal Ă  refaire confiance aux garçons depuis la fin de son histoire d'amour avec Kostos. 

Elles ne vont pas toujours prendre les bonnes dĂ©cisions, faire des erreurs, mais j'ai Ă©tĂ© Ă©mue de voir que le lien qui les unit n'Ă©tait pas rompu, qu'elles continuaient malgrĂ© tout Ă  prendre des nouvelles les unes des autres en s'Ă©changeant rĂ©gulièrement des emails et en s'appelant dans les moments difficiles, ou pour se confier leurs secrets. C'est un tome plus mature, plus mĂ©lancolique aussi. On a pas envie que les choses changent, mais au contraire d’assister encore Ă  leur rĂ©union clandestine au club de gym en Ă©coutant des chansons ringardes et en mangeant des crocodiles en gĂ©latine, mĂŞme si on prend conscience qu'elles grandissent et que indubitablement tout cela appartiendra dĂ©sormais au passĂ©.

Pour conclure:
Un tome très différent des précédents puisque Tibby, Léna, Carmen et Bridget désormais à l'université ne se retrouvent pas pour l'été. Été durant lequel elles vont donc devoir apprendre à gérer leur peur de devenir adulte , se débrouiller par elles-mêmes et à prendre leurs propres décisions, non sans erreurs. Pourtant leur complicité est toujours intacte, et c'est encore une fois émouvant de voir une amitié aussi indéfectible que la leur.

Ma note: 16/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire