jeudi 19 janvier 2017

Notre famille.
Akhil Sharma.
Editions 10-18.
209 pages.

Résumé:

Ajay n’a pas dix ans lorsque sa famille quitte l’Inde pour s’installer aux États-Unis. Lui et son grand frère Birju dĂ©couvrent Ă©merveillĂ©s ce pays Ă©tonnant, promesse d’un avenir radieux. Mais pour Birju, le destin va en dĂ©cider autrement. Dans l’ombre de son frère aĂ®nĂ©, Ajay reste seul Ă  porter les espoirs de ses parents. Adolescent rĂŞveur trouvant refuge dans la littĂ©rature, tiraillĂ© entre deux cultures, il va devoir lutter pour trouver sa voie – sans jamais oublier les siens.

Mon avis:

Alors que la question de l'immigration est en ce moment un sujet d'actualité récurrent, la lecture de ce livre m'a semblé important. De plus, c'est aussi l'occasion pour moi de découvrir un nouvel auteur, qui je l'ai compris par la suite, a mis beaucoup d'éléments de sa vie personnelle dans son roman.

Notre famille c'est l’histoire d'une famille indienne profondĂ©ment attachĂ©e Ă  son pays et Ă  ses traditions, mais dont le père rĂŞve de grandeur et de rĂ©ussite. Souhaitant un avenir meilleur ils quittent ainsi le pays pour tenter leur chance aux Etats-Unis. Tout le premier tiers du roman va ĂŞtre consacrĂ©e Ă  leur vie en Inde, puis Ă  leur arrivĂ©e aux Etats-Unis, un pays totalement Ă©tranger oĂą ils ont bien des difficultĂ©s Ă  s'adapter, avec des croyances, des coutumes et des mĹ“urs diffĂ©rentes... Immigrer c'est se dĂ©raciner, c'est laisser une partie de sa famille derrière soi, c'est commencer une nouvelle vie. J'ai dĂ©vorĂ© les cent premières pages de ce roman que j'ai trouvĂ© vraiment très intĂ©ressantes. A travers les yeux du jeune Ajay, on apprend Ă  dĂ©couvrir un environnement nouveau, on s'imprègne en mĂŞme temps que lui de cette nouvelle culture qu'est la culture occidentale. 

Ajay est un tout jeune garçon au dĂ©but du roman au moment oĂą il quitte l'Inde avec ses parents et son frère aĂ®nĂ© Birju. J'ai aimĂ© le regard qu'il porte sur le monde qui l'entoure, sa très grande maturitĂ©, son Ă©merveillement face Ă  tout ce qu'il dĂ©couvre aux Etats-Unis. Mais ĂŞtre Ă©migrĂ© c'est aussi connaitre la solitude, le mal du pays, c'est devoir affronter les barrières d'une langue Ă©trangère, supporter le racisme et l'indiffĂ©rence des autres... Au fil des pages et des annĂ©es qui passent on le voit grandir et s'interroger de plus en plus sur sa famille et la place qu'elle occupe dĂ©sormais dans ce pays qui n'est pas vraiment le sien, mais qu'elle essaie d'apprivoiser petit Ă  petit. Une famille tiraillĂ©e entre l'envie de s'adapter, et le besoin de conserver les traditions et les valeurs de la culture indienne qui lui est cher.

La seconde partie m'a un peu moins captivĂ©, car le roman prend une orientation diffĂ©rente Ă  cause du drame qui s’abat sur eux. Tout tourne dĂ©sormais sur Birju et le père d'Ajay qui sombre peu Ă  peu dans l'alcoolisme. Si ma lecture Ă©tait toujours aussi fluide, j'ai trouvĂ© que l'auteur se penchait un peu trop sur le quotidien dur et monotone qui sera dĂ©sormais celui d'Ajay et de sa mère. L’atmosphère du roman va devenir de plus en plus pesante, car ce bouleversement va indubitablement modifier l'Ă©quilibre familial dĂ©jĂ  fragilisĂ© par les maladresses et un manque de communication Ă©vident, et surtout changer le regard des gens.  Leur vie future est du jour au lendemain remise en question. L'espoir d'un avenir meilleur est vite remplacĂ© par l’incomprĂ©hension, la douleur et la honte. Si j'ai aimĂ© la force avec laquelle cette famille fait face Ă  tous les malheurs qui la frappent, j'aurais aimĂ© qu'Akhil Sharma se concentre un peu plus sur le sujet principal du roman Ă  savoir l'exil. 

Pour conclure:
Un rĂ©cit fluide, simple, vrai, sincère et saisissant, au vue de tous les obstacles que cette famille aux rĂŞves brisĂ©s rencontre sur sa route, mĂŞme si j'aurais aimĂ© que l'auteur dĂ©veloppe encore plus  le sujet de l'immigration et les difficultĂ© liĂ©es Ă  l'installation dans un nouveau pays.

Ma note: 15/20.

1 commentaire:

  1. Je note ! +1 dans ma WL. J'adore la culture indienne et je serais ravie de m'y plonger. Pour l'approfondir, du côté des mariages arrangés, tu as Une bonne épouse indienne d'Anne Cherian que j'avais adoré :)

    RĂ©pondreSupprimer