vendredi 17 février 2017

Lucy in the sky.
Pete Fromm.
Editions Gallmeister. 
428 pages.

Résumé:

Lucy Diamond, quatorze ans, file à toute allure vers l’âge adulte. Prise entre l’urgence de vivre et la crainte de devoir abandonner ses manières de garçon manqué, Lucy se cherche et joue avec l’amour. Elle découvre par la même occasion que le mariage de ses parents n’est pas aussi solide qu’enfant, elle l’a cru. Son père, bûcheron, est toujours absent. Sa mère, encore jeune, rêve d’une autre vie. Et Lucy entre eux semble soudain un ciment bien fragile. Armée d’une solide dose de culot, elle s’apprête à sortir pour toujours de l’enfance et à décider qui elle est. Quitte à remettre en question l’équilibre de sa vie et à en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui l’aiment.

Mon avis:

J'avais repéré ce roman dès sa sortie il y a deux ans, mais je n'avais pas eu l'occasion de me le procurer en grand format, alors lorsque j'ai vu qu'il était réédité en format poche, je n'ai pas hésité. Je remercie d'ailleurs beaucoup les Editions Gallmeister pour l'envoi de ce titre. 


Ce qui ma donné envie de découvrir ce roman et cet auteur, puisque je n'avais encore jamais lu de romans de Pete Fromm, c'est avant tout son sujet qui me touche particulièrement. Etant une jeune adulte, je suis passée par cette étape souvent difficile qu'est l'adolescence il n'y a pas si longtemps. Une période où l'on est entre deux âges, pas encore adulte mais plus tout à fait enfant, où l'on a bien du mal à se reconnaître et à trouver sa place. C'est ce que va ressentir Lucy, qui a 15  ans voit son corps changer, vit son premier amour avec son meilleur ami Kenny, et par conséquent sa première expérience sexuelle. Ses parents pour bien faire ne sont pas très présents, puisqu'elle a un père la plupart du temps absent pour son travail, et une mère qui vit une seconde jeunesse, qui a un comportement qui n'est pas sans rappeler celui de sa fille. Lucy se pose beaucoup de questions, mais n'a pas vraiment de personnes vers qui se tourner. Comment aborder cette étape difficile de la vie sans l'aide de ses parents, qui la voient qui plus est, encore comme une petite fille? 

J'ai adoré le personnage de Lucy qui est une jeune fille qui malgré un environnement familial instable, est très réfléchie, très mature, plus que sa mère même. Malheureusement elle est aussi souvent impulsive et fait de mauvais choix en raison de son jeune âge bien-sûr, mais aussi de son mal-être qui la pousse par exemple à se transformer en garçon pour échapper à ce corps de femme qui devient de plus en plus apparent, et qui lui rappelle qu'elle va devenir comme sa mère, en raison également de son malaise avec les garçons, elle qui n'a pas vraiment eu de figure paternelle,  Ã  cause aussi des tensions qu'il y a au sein du couple de ses parents et de leur absence. Même si parfois ses réactions peuvent être perçues comme une crise d'adolescence,  j'ai aimé qu'elle s'interroge, qu'elle essaie de déchiffrer ses émotions, de comprendre ce qu'il se passe dans sa famille, quitte à mettre les pieds dans le plat et à les provoquer. J'ai trouvé intéressant également les similitudes qu'il y a entre elle et sa mère, à qui elle ne veut surtout pas ressembler, mais dont elle ne peut pas s’empêcher de copier le comportement lorsque avait son âge. Ce qui montre bien à mon sens que Lucy est complètement perdue, qu'elle se cherche et qu'elle essaie en même temps surement d'attirer son attention.

Contrairement à Lucy, j'ai détesté ses parents que j'ai trouvé complètement immatures et égoïstes. Son père m'a semblé tout au long du roman parfaitement étranger à sa famille, comme si il ne se sentait pas concerné par celle-ci, et qu'il se forçait à rentrer de temps en temps à la maison pour sauver les apparences. Même si il entretient une jolie complicité avec sa fille le peu de fois où il est présent, c'est un personnage que j'ai eu du mal à cerner, surtout qu'on ne sait pas vraiment ce qu'il fait quand il est en déplacement. Est-ce qu'il trompe sa femme? Est-ce qu'il a une double vie? Sa mère ne m'a pas non plus fait une très bonne impression. Bien-sûr on comprend qu'elle n’est pas heureuse, qu'elle n' a pas la vie qu'elle aurait voulu avoir, qu'elle se sent seule, mais elle oublie  je trouve un peu trop souvent sa fille. Elle est assez irresponsable, puisque Lucy ne sait jamais où elle est, ni quand elle rentrera. Difficile de devenir adulte quand on est élevé avec deux personnes qui ne vous montrent pas le bon exemple.

C'est un très beau roman sur le difficile passage à l'âge adulte, avec tout les changements que cela comporte, au niveau physique, mais aussi affectivement parlant. Il aborde également les thèmes de la découverte de la sexualité, de la séparation, de l'abandon, du rôle de parents. La fin à mon sens est à l'image de ce que ressent Lucy, un peu entre deux eaux, incertaine, on ne sait pas ce qui l'attend, mais en même temps l’histoire ne pouvait pas se terminer autrement, et cette fin sonne plutôt comme un nouveau départ pour la jeune fille.

Pour conclure:
Un roman puissant émotionnellement parlant, porté par une héroïne en quête d'identité qui doit affronter l’adolescence seule, qui a du mal à trouver sa place et à être en accord avec elle-même, mais qui pourtant est très forte et très attachante. Une atmosphère particulière que je ne saurais vous décrire, au cÅ“ur d'une famille pleine de non-dits, de pudeur et de maladresses, qui dérange parfois mais que l'on est triste de quitter. A lire absolument!

Ma note: 18/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire