samedi 3 juin 2017

Une rue en Amérique: Brodway, tome 2.
Djief.
Editions Soleil.
48 pages.

Attention ne lisez pas ce qui suit si vous n'avez pas lu le premier tome!

Résumé:

Le Chapman's Paradise est anéanti : le minable directeur artistique a causé l'effondrement de la scène en pleine représentation. Les danseuses sont au chômage, et les frères Chapman, en plein désarroi. Pourtant, la grande rue blanche continue de les hypnotiser. Il faudrait juste trouver une idée de spectacle vraiment nouvelle... et trouver de l'argent. Peut-être en revendant l'usine familiale... ?

Mon avis:

J'ai lu il y environ  un mois le premier tome de ce diptyque qui avait Ă©tĂ© un vĂ©ritable coup de cĹ“ur. J'Ă©tais donc ravie de sortir de ma bibliothèque cette suite qui m'a tout autant charmĂ©.

Dans le premier volet nous laissions anĂ©antie toute la troupe du Chapman's Paradise dont la scène s'est entièrement effondrĂ©e suite Ă  des travaux effectuĂ©s par des gens peu scrupuleux avides de voir le cabaret couler. Les premières pages sont donc assez tristes, Georg Chapman qui au dĂ©part Ă©tait le frère qui croyait le plus en ce fabuleux projet semble rĂ©signĂ© et se noie dans l'alcool.  A  ma grande surprise c'est son frère Lenny qui n'Ă©tait pas forcement très convaincu par le rachat de l'entreprise de son frère dĂ©cĂ©dĂ©, qui est le plus dĂ©terminĂ© Ă  se battre. Georg est un personnage que j'ai appris Ă  mieux connaitre dans ce second volet. Il m'a Ă©mu parce que malgrĂ© tous leurs efforts le sort semble s'acharner sur eux, et parce qu'en dĂ©pit de leurs problèmes financiers il se prĂ©occupe encore du sort des autres notamment de celui de la jeune Fanny. 

Fanny par sa fraĂ®cheur, son espièglerie et son sens de l'humour est celle qui apporte ici Ă  Walter la confiance dont il manque et le dynamisme Ă  la bande dessinĂ©e. MalgrĂ© toutes les difficultĂ©s auxquelles ils vont devoir faire face, Fanny est celle qui ne se dĂ©courage jamais, qui croit au potentiel du lieu et aux compĂ©tences des deux frères et je l'en ai d'autant plus apprĂ©ciĂ©. On va vĂ©ritablement la dĂ©couvrir sous un nouveau jour, sĂ©duisante et talentueuse, attisant ainsi la curiositĂ©  de certaines femmes comme Michèle la femme du patron du cabaret d'en face, ou la jalousie notamment de Miss Hunter ancienne vedette du Chapman's paradise. 

Le cĂ´tĂ© sombre de la ville refait ici surface puisque de nouveau la prohibition y est mis en avant de façon encore plus prononcĂ©e puisque nous assistons Ă  une dĂ©cente de policiers dans un bar oĂą se trouvent notamment Fanny et son amie Clara, et oĂą les entrepreneurs concurrents sont prĂŞt Ă  tout pour faire fermer une nouvelle fois le cabaret des Chapman. J'ai d'ailleurs Ă©tĂ© un peu déçue de ne pas avoir de vĂ©ritable conclusion concernant le mari de Michèle qui tient le cabaret d'en face, un homme peu scrupuleux et envahit par la jalousie. Après quelques tentatives de fermeture ratĂ©es l'auteur nous laisse un peu sur notre fin concernant ce personnage qui je pense est pourtant loin d’ĂŞtre le genre d'homme Ă  abandonner facilement la bataille. 

Le lecteur en prend encore une fois plein les yeux avec des décors et des costumes encore plus beaux, symboles du renouveau Chapman's Paradise. Si vous n'avez pas encore découvert cette fabuleuse bande dessinée, si vous aimez cette période et l'ambiance vintage et feutrée des cabarets New-Yorkais foncez!

Pour conclure:
Un second tome presque aussi bon que le précédent. J'ai aimé retrouver l'ambiance de cette époque des années folles à New-York, retrouver les personnages du Chapman's Paradise notamment Georg, Lenny et Fanny que j'ai découvert sous un nouveau jour, même si j'aurais aimé en apprendre plus sur le sort d'un des "méchant de l'histoire". Une jolie leçon de courage qui nous montre qu'il faut toujours garder espoir, se battre et surtout croire en ses rêves.

Ma note: 19/20.


1 commentaire:

  1. J'ai Ă©tĂ© un peu déçue de ce second tome personnellement... J'ai trouvĂ© que l'histoire s’essoufflait. Ne pas avoir de conclusion sur le mari de Michèle m'a dĂ©rangĂ©.. Je suis restĂ©e sur ma fin et j'ai regrettĂ© que le cabaret soit mis en arrière plan pour se concentrer sur Fanny.

    RĂ©pondreSupprimer