mardi 7 novembre 2017

D'ombre et de silence.
Karine Giebel.
Editions Belfond.
280 pages.
En librairie depuis le 19 octobre 2017.

Résumé:

« Partir sans lui dire au revoir. Parce que je le sens incapable d’affronter ses larmes ou de retenir les miennes. L’abandonner Ă  son sort. Parce que je n’ai plus le choix. Je m’appelle Aleyna, j’ai 17 ans. Aleyna, ça veut dire - Ă©clat de lumière. J’ai souvent dĂ©testĂ© ma vie. Je n’ai rien construit, Ă  part un cimetière pour mes rĂŞves. LĂ  au moins, on ne pourra pas me les voler. »

Mon avis:

Comme vous le savez sans doute je lis très peu de nouvelles. Ce n'est pas un genre que j'apprĂ©cie particulièrement parce que je trouve que les histoires qui nous sont racontĂ©es sont souvent trop brèves pour que j'arrive vraiment Ă  m'en imprĂ©gner, et elles me laissent souvent un goĂ»t d'inachevĂ©. Karine Giebel est une auteure que j'adore, j'ai dĂ©jĂ  pu lire trois de ses nombreux romans ainsi qu'une de ses nouvelles dernièrement parue Aurore que j'avais  Ă  mon grand Ă©tonnement beaucoup aimĂ©. Elle est d'ailleurs Ă  ce jour la seule auteure qui a rĂ©ussi Ă  me convaincre que certaines nouvelles peuvent ĂŞtre aussi construites et abouties qu'un roman. Je remercie donc les Editions Belfond pour avoir pensĂ© Ă  moi pour ce titre.

D'ombre et de silence est un recueil de neuf rĂ©cits plus ou moins longs, mais qui tous ont su me captiver mĂŞme si j'avoue avoir eu mes prĂ©fĂ©rĂ©s. Ce sont des textes puissants qui se dĂ©vorent malgrĂ© la cruautĂ© de certains des personnages qui sont pour la plupart torturĂ©s, malgrĂ© ces vies gâchĂ©es. On reste souvent estomaquĂ© face Ă  tant de dĂ©sespoir et d'injustice. La force de ces histoires  repose sans doute sur le fait que Karine Giebel s'inspire de faits rĂ©els, d'actualitĂ©s, de tragĂ©dies souvent Ă©voquĂ©es Ă  la tĂ©lĂ©vision ou dans les journaux, autant de thèmes forts et marquants parce que l'on s'imagine que de tels actes se sont dĂ©jĂ  produit et continuent Ă  se produire autour de nous, comme le viol, le mariage forcĂ©, le suicide, les tueries de masse, la prostitution, le harcèlement scolaire, les erreurs judiciaires, les attouchements sexuels, les accidents domestiques liĂ©s Ă  la possession d'armes Ă  feu, la maladie.

On y rencontre des personnes comme vous et moi mais qui ont Ă  un moment de leur vie subi un traumatisme qui les a fait basculer dans la folie meurtrière, des assoiffĂ©s de vengeance, ou encore des personnes qui ayant touchĂ©es le fond n'ont plus d'autres choix que de vendre leur corps, ou de se donner la mort. Neuf nouvelles qui vous prennent aux tripes et qui je pense laisseront une trace indĂ©lĂ©bile dans mon esprit tellement elles sont touchantes et criantes de vĂ©ritĂ©. La beautĂ© des mots de l'auteure presque poĂ©tiques nous font ressentir la folie de certains, leur dĂ©sespoir, mais surtout la force avec laquelle chacun essaie de s'en sortir malgrĂ© tout.

L'auteure m'a ainsi inconsciemment amenĂ© Ă  rĂ©flĂ©chir sur la notion de pardon et sur le crime en lui-mĂŞme. Peut-on rĂ©ellement pardonner ? Peut-on Ă©viter Ă  un individu de se faire justice lui-mĂŞme ? Peut-on oublier un traumatisme ? Ou engendre t-il forcĂ©ment une vengeance personnelle ? Les actes de folie peuvent-il s'expliquer ? RĂ©sultent-ils forcĂ©ment d'un individu en grande souffrance psychologique ? Ce titre n'est pas un coup de cĹ“ur parce que la chute de deux ou trois nouvelles Ă  mon sens Ă©tait attendue, mais j'ai cependant Ă©tĂ© stupĂ©faite par les autres qui m'ont laissĂ© sans voix et qui me prouvent encore une fois le talent indĂ©niable de Karine Giebel.

"Alban, il n'est pas tout Ă  fait comme les autres. Mais qu'est-ce que ça veut dire, au juste?  Etre comme les autres... Entrer dans le moule, mĂŞme s'il est trop Ă©troit pour nous. Ne dĂ©passer ni en hauteur ni en largeur, n'avoir aucun relief, aucunes aspĂ©ritĂ©s que les autres pourraient saisir pour vous mettre Ă  terre et vous rouer de coups. Une branche lisse, blanche si possible, et qui sait plier au vent. Etre comme les autres, ou considĂ©rĂ© comme tel. Autrement dit faire semblant d'ĂŞtre comme eux, pour ne pas attirer l'attention."

Pour conclure:
Un recueil de nouvelles glaçant, des histoires fictives mais basées sur des faits d'actualités qui rendent encore plus effroyable ce que l'auteure nous raconte. Des personnages désespérés de part le passé douloureux qu'ils ont dû endurer ou de part l'enfer qu'ils vivent au quotidien qui ont su me toucher. Et une plume comme d'habitude sublime. Une réussite!

Ma note:  17/20.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire